Voyages, lectures, films, impressions, humeurs, la vie quoi!

Archives de mars, 2017

Café et piano pour survivre à l’interminable hiver

J’aime m’arrêter dans les cafés. J’aime cette boisson, que ce soit en expresso, en allongé ou en cappuccino. J’aime son goût, son arôme, sa saveur. Mais j’aime aussi l’atmosphère des cafés. Je ne m’arrête pas toujours au même endroit. J’ai tout un réseau. Parfois aussi j’en essaie de nouveaux, quitte à être déçu. J’évite habituellement les Starbucks de Montréal, même si la décoration est plutôt jolie. Mais au risque de me répéter, du café dans des verres de carton, c’est un crime, peut-être pas contre l’humanité, mais assurément contre le café. Et puis, je préfère encourager les cafés locaux ou les petites chaînes. Je ne rêve pas d’un monde où l’on se retrouverait tous dans des Starbucks à texter sur son iPhone ou à consulter ses courriels sur son iPad avant d’aller faire ses courses chez Walmart.

Un de mes bons amis estime que je fais une fixation sur le café. Il a sans doute raison. Mais tout comme la sociologue Monique Eleb, je crois que « ces lieux n’ont rien de banal ». Au début des années 2000 à Los Angeles, elle a observé que les cafés créaient une « nouvelle sociabilité ». « Il y avait des quartiers très tristes, très plats, a-t-elle raconté samedi dans La Presse+, et quand des cafés allaient s’y installer, le quartier reprenait vie. Dans cette ville où la voiture est reine, on recommençait à marcher pour aller au café. » Bref, de beaux cafés, c’est un signe de vitalité pour une société.

(suite…)

« Gazouillis » ou « tweet » ?

La Presse Plus utilise désormais les termes gazouillis et gazouiller pour traduire les termes tweet et tweeter. Ne comptez pas sur moi pour applaudir ; ça m’énerve plutôt. Mon quotidien favori n’est pas le seul à avoir suivi cette recommandation du Bureau de la traduction. Parcs Canada, Développement économique Canada et l’Agence canadienne de développement international ont également versé dans l’anglophobie.

Gazouillis au sens de tweet n’est pas tout à fait inconnu en France, comme le montre cet exemple tiré de L’Express dès le 18 juillet 2012 : « Les gazouillis de Twitter sont-ils dignes des écrivains ? » Mais je serais très étonné que cette traduction se répande dans l’Hexagone, où le mot courriel, pourtant très bien formé, n’est pas parvenu à concurrencer durablement les mots mail ou e-mail. Chez nous, les termes gazouillis et gazouiller auront sans doute plus de succès, surtout s’ils sont appuyés par un puissant média comme La Presse. Mais faut-il pour autant les adopter ?

Vous vous demanderez pourquoi je râle contre une tentative honnête et de bonne foi de remplacer des anglicismes. C’est du pur purisme ! Devant un mot anglais apparu en français, il faut se demander, comme le fait habituellement la maison Larousse, 1) s’il répond à un besoin, 2) s’il s’intègre bien à notre langue. De toute évidence, tweet comble un besoin puisqu’il décrit une réalité nouvelle pour laquelle notre langue n’avait pas de mot. Sa morphologie, en revanche, n’est pas vraiment française. Les mots commençant par un tw en français sont rarissimes et viennent tous de l’anglais. Mais leur intégration ne pose pas vraiment problème comme le montrent des termes comme tweed, twist ou twister. Preuve de son intégration, tweet a rapidement engendré les verbes tweeter et retweeter.

De plus, gazouillis, contrairement à courriel, n’est pas une création brillante. C’est plutôt la traduction littérale d’un mot qui en anglais désigne le « petit bruit agréable que font les oiseaux en chantant ». Avez-vous l’impression, vous, que Donald Trump gazouille quand il met en ligne ses gazouillis furibonds au petit matin ? Bien entendu, les tweets ne sont pas tous des brûlots. Reste que pour moi, le terme gazouillis décrit fort mal ces « micromessages du réseau Twitter dont la taille est limitée à 140 caractères ». À mon avis, il n’y avait pas de bonnes raisons de s’opposer à l’arrivée de tweet dans notre langue.

En matière d’anglicismes, je préfère choisir mes batailles. Il faut lutter avec passion contre ces mots anglais ou ces locutions anglaises qui remplacent, tout à fait inutilement, des termes bien français. Par exemple, news au sens de nouvelles ; low cost au sens de bas prix ; fun au sens de plaisir ; en replay au lieu de en reprise, etc. Il faut aussi se battre contre l’emploi de l’anglais dans les slogans, les publicités ou les titres d’événement. Moi aussi, comme je l’écrivais récemment, je déteste voir des We run Paris ou des Made for sharing.

Mais gazouillis, vraiment ! Peut-on cesser de voir tout emprunt à l’anglais comme une trahison et un enlaidissement de notre belle langue ?

Cœur de pirate, merveilleuse interprète !

Je ne connais pas beaucoup Cœur de pirate comme auteure et je la connaissais peu comme interprète avant de découvrir récemment les 12 magnifiques chansons qu’elle a enregistrées pour la série Trauma. J’avais déjà entendu, il est vrai, sa belle interprétation de Mistral gagnant de Renaud. Je l’avais aussi vue chanter de très jolis duos avec Mark Lavoine (Le paradis blanc) et Nicola Sirkis (J’ai demandé à la lune). Son Trauma m’a complètement envoûté.

Il faut dire que j’ai un faible pour Cœur de pirate. Cette Béatrice-là, je la suivrais sans hésiter dans l’enfer de Dante. J’aime tout d’elle, même ses tatouages ; c’est vous dire. Ce n’est pas très original, je le sais. Notre Montréalaise a déjà une armée d’admirateurs, qui la trouve absolument « sublime ». Mais mon emballement pour Trauma ne tient pas aux grands yeux de la petite blonde. Dès la première écoute, j’ai adoré le disque. Je l’ai ensuite écouté très attentivement en suivant les paroles. Puis, j’ai comparé quelques-unes de ses interprétations avec celles des auteurs des chansons. C’est là que tout son talent éclate.

Prenez Lucille. Le texte est bien, mais l’interprétation et la musique de Kenny Rogers sont plutôt banales. Cœur de pirate en a tiré une chanson très personnelle, transformant ce country sans grande originalité en un petit chef-d’œuvre qui vous arrache une larme ou deux. Même la comparaison avec la grande Amy Winehouse ou avec les célébrissimes Rolling Stones n’est pas du tout à son désavantage. Béatrice donne de You Know I’m no Good une version déchirante et de Dead Flowers une version intimiste, sans la grosse caisse qui enterre tout. Notre pirate vole les chansons des autres, mais sans rien saccager.

Béatrice Martin n’a pourtant pas une grande voix. Elle ne pourrait assurément pas se lancer dans les vocalises de la Reine de la Nuit dans La flûte enchantée, que je viens de réentendre. Mais cette musicienne sait tirer pleinement profit de sa jolie petite voix. Là où je la préfère, c’est seule au piano. Ce n’est pas que ses orchestrations ne soient pas belles. Mais la rencontre de sa voix si singulière et des accords minimalistes qu’elle tire du clavier me propulse au septième ciel. C’est mieux que l’enfer, après tout !

TRAUMA (Chansons de la série télé), Cœur de Pirate, 2013.

Le retour du revers à une main

Les récents succès de Roger Federer, notamment contre Rafael Nadal, tiennent beaucoup à la cure de jouvence de son revers.

Quand j’étais blogueur de tennis à La Presse, j’ai enterré un peu trop rapidement le revers à une main. J’étais sans doute obnubilé à l’époque par les succès du trio Djokovic, Nadal et Murray. Du côté femmes, il est vrai, ce type de revers a déjà disparu ; la cause est entendue. Mais chez les hommes, le revers à une main fait en ce moment un retour en force. Prenez le tournoi d’Indian Wells : quatre joueurs s’amènent avec leur beau revers classique en quarts de finale. Compte tenu du peu de tennismen qui utilisent ce coup, cette parité en dit long sur son efficacité.

Dans le désert californien, on verra, bien sûr, le grand Roger Federer, dont les récents succès, notamment contre Rafael Nadal, tiennent beaucoup à la cure de jouvence de son revers. Il sera accompagné de son compatriote Stan Wawrinka, dont le revers passe souvent pour le plus beau du tennis, ainsi que de Dominic Thiem et de Pablo Cuevas, dont les revers sont aussi de pures merveilles.

L’écrivain Laurent Binet, qui est également un grand connaisseur de tennis (il collabore à L’Équipe pendant Roland-Garros), prétend même qu’un joueur qui possède un revers à une main a plus de chances de gagner un tournoi du Grand Chelem que celui qui joue son revers à deux mains. La domination du trio dont je parlais ci-dessus a fait un peu oublier ce fait. Mais il est vrai que les joueurs au revers à une main ont un palmarès impressionnant dans les tournois majeurs. Je cite de mémoire Roger Federer, 18 titres, Pete Sampras, 14, Ivan Lendl, 8, John McEnroe, 7, Stefan Edberg, 6, Boris Becker, 6, sans compter les anciens, l’immense Rod Laver, 11, et ses compatriotes Roy Emerson, 12, et Ken Rosewall, 8. Pas mal non !

Peut-être que le revers à une main n’est pas qu’un beau coup. C’est aussi un super coup !

« L’hiver, maudit hiver ! »

La plus grosse tempête de l’hiver nous frappe de plein fouet. (Photo La Presse)

Ces jours-ci, je regarde le tournoi de tennis d’Indian Wells, qui se déroule dans le désert de la Californie. Les spectateurs sont en T-shirt et en bermuda. Il y a deux ans, nous y étions, Lise et moi. Ce lieu grand, chic et luxueux m’avait beaucoup impressionné. « En comparaison, avais-je écrit à l’époque, le tournoi de Montréal, à l’étroit dans un coin du parc Jarry, a presque l’air tiers-mondiste. » Nous nous y rendions en marchant sur de beaux et larges trottoirs, à travers des banlieues proprettes, coquettes, fleuries et cossues.

Cette année, je suis plutôt devant ma télé. Quand je jette un œil dehors, tout ce que je vois, c’est un couple de voisins, chaudement vêtus, fumant et grelottant sur leur terrasse. Le week-end dernier, il a gelé à pierre fendre. En ce moment même, la plus grosse tempête de l’hiver nous frappe de plein fouet. Tout un contraste avec le mois de mars 2015 sous le soleil californien. Ça m’a donné un choc.

(suite…)

« Moonlight » ou « La La Land » ?

Jaden Piner et Mahershala Ali dans Moonlight.

Au moment où l’Oscar du meilleur film a été attribué, dans la plus totale confusion, à Moonlight, je ne savais que penser de ce choix de l’Académie, n’ayant pas encore vu le film de Barry Jenkins. C’est fait. Et ? Eh bien, je préfère La La Land. Certes, les deux œuvres sont difficiles à comparer. D’un côté une comédie musicale dans la plus pure tradition de l’âge d’or d’Hollywood, de l’autre un drame dont la thématique est très contemporaine.

Je ne suis pas étonné par le choix de l’Académie, qui récompense rarement les comédies, fussent-elles musicales. La La Land a beau être une comédie qui ne se termine pas par un happy end, elle a sans doute été jugée trop légère. On a préféré la misère de Miami aux paillettes d’Hollywood. On a opté pour des thèmes forts comme l’homosexualité, l’intimidation, la drogue et la monoparentalité, aux ambitions d’une actrice et d’un musicien, sur fond d’étoiles et de chorégraphies. On a choisi un film qui descend dans les bas-fonds au lieu de monter dans la stratosphère.

(suite…)

Pour en finir avec « connasse »

Judith Lussier a récemment abandonné sa chronique d’opinion, épuisée, nous apprend Radio-Canada, par le nombre et la violence des commentaires sur les réseaux sociaux.

« Connasse », peut-on lire à la une de La Presse+. Ça frappe d’autant plus que l’injure est entourée de qualificatifs tout aussi gentils : « Calisse de vache », « Mal baisée », « Pauvre idiote », « Crève sale bitch », « va te faire baiser salope ». C’est le genre de commentaires que reçoivent fréquemment mes collègues chroniqueuses quand leurs lecteurs, et parfois même leurs lectrices, sont en désaccord.

Cette méchanceté n’est pas une complète surprise pour moi. Il y a une dizaine d’années déjà, à l’époque où j’étais blogueur à La Presse, Marie-Claude Lortie m’avait fait part du flot d’injures reçu par mes consoeurs. Mais par pudeur sans doute, elle ne m’en avait pas dit davantage. C’est pourquoi ce reportage du 8 mars, je l’ai reçu comme une gifle. Ni Rima (Elkouri), ni Michèle (Ouimet), ni Agnès (Gruda), ni Francine (Pelletier) ne méritent un tel traitement. Ni personne d’ailleurs. Il ne me viendrait pas à l’idée de lancer à Denise Bombardier, parce que je ne partage pas son repli identitaire : « Crève sale bitch ! » Cet étalage de vulgarité et de méchanceté jure dans une province où l’on aime faire des leçons d’égalité hommes-femmes aux immigrants en général et aux musulmans en particulier.

(suite…)

Nuage de Tags