Voyages, lectures, films, impressions, humeurs, la vie quoi!

Archives de juillet, 2015

Pas de répit pour les essuie-glaces

DSCN3195

Nous avons repris la route avec les vacanciers de la construction et, Québec oblige, avec la pluie. De Montréal à Rimouski, où nous sommes arrêtés le premier soir, il a plu sans arrêt. Pas de répit pour les essuie-glaces, condamnés à fonctionner sans arrêt, tantôt vite, tantôt lentement, selon l’intensité.

«Vous allez avoir une vue magnifique sur le fleuve», nous a lancé avec enthousiasme la préposée à l’accueil du camping de l’Anse. Mais le lendemain, les nuages étaient si denses qu’on ne voyait même pas l’immense Saint-Laurent qui coulait quelques centaines de mètres devant nous. Au moins il ne pleuvait pas, de sorte que nous avons pu décamper sans nous faire mouiller.

(suite…)

Publicités

Une journée dans le système de santé

J’ai la chance de jouir d’une assez bonne santé pour mon âge, ce qui m’évite, ô bonheur, de fréquenter souvent notre système de santé.

Pas facile d’y entrer dans ce système. Un exemple : j’aurai, dans deux mois, un rendez-vous avec mon cardiologue, le premier depuis trois ans. J’avais essayé de le voir avant le début de notre long voyage. Sans succès. J’avais eu beau préciser au secrétariat du CHUM que je partais pour un an et demi, on avait été incapable de trouver quinze minutes pour moi pendant les quatre mois précédents. Au retour de notre périple, une lettre m’attendait, me fixant un rendez-vous… après notre départ.

Puis, il y a quelques jours, j’ai été tenu éveillé une partie de la nuit par une douleur dans le bas-ventre. Inquiet et souffrant, je téléphone à Info-Santé vers 4h du matin. L’infirmière de service me conseille de me rendre dans une clinique sans rendez-vous le matin même. Encore faut-il en trouver une.

(suite…)

Extraterrestre et hurluberlu

J’ai poursuivi mon entraînement marche-course. Mais au cours de la quatrième semaine, j’ai commencé à avoir mal aux genoux. J’ai stoppé net. Après tout, mon but est de rester en santé, pas de courir après les ennuis de santé.

J’ai donc repris mes bâtons de marche nordique. On dit que la dépense énergétique est aussi grande que pour le jogging. De plus, l’emploi des bâtons fait travailler le haut du corps bien plus que la course. C’est un bon choix, donc.

Le seul ennui, c’est que ce sport n’étant pas très populaire chez nous, j’ai l’air d’un extraterrestre dans les rues de Montréal ou le long du canal de Lachine. D’ailleurs, il se passe rarement une journée, en particulier lorsqu’il fait beau et chaud, sans qu’un passant me lance : «Aie! ils sont passés où, tes skis?» Généralement, je poursuis ma route sans mot dire. Mais parfois je suis tenté de répliquer : «Elle est bien bonne, celle-là. Je l’avais jamais entendu.»

(suite…)

Nuage de Tags