Voyages, lectures, films, impressions, humeurs, la vie quoi!

Judith Lussier a récemment abandonné sa chronique d’opinion, épuisée, nous apprend Radio-Canada, par le nombre et la violence des commentaires sur les réseaux sociaux.

« Connasse », peut-on lire à la une de La Presse+. Ça frappe d’autant plus que l’injure est entourée de qualificatifs tout aussi gentils : « Calisse de vache », « Mal baisée », « Pauvre idiote », « Crève sale bitch », « va te faire baiser salope ». C’est le genre de commentaires que reçoivent fréquemment mes collègues chroniqueuses quand leurs lecteurs, et parfois même leurs lectrices, sont en désaccord.

Cette méchanceté n’est pas une complète surprise pour moi. Il y a une dizaine d’années déjà, à l’époque où j’étais blogueur à La Presse, Marie-Claude Lortie m’avait fait part du flot d’injures reçu par mes consoeurs. Mais par pudeur sans doute, elle ne m’en avait pas dit davantage. C’est pourquoi ce reportage du 8 mars, je l’ai reçu comme une gifle. Ni Rima (Elkouri), ni Michèle (Ouimet), ni Agnès (Gruda), ni Francine (Pelletier) ne méritent un tel traitement. Ni personne d’ailleurs. Il ne me viendrait pas à l’idée de lancer à Denise Bombardier, parce que je ne partage pas son repli identitaire : « Crève sale bitch ! » Cet étalage de vulgarité et de méchanceté jure dans une province où l’on aime faire des leçons d’égalité hommes-femmes aux immigrants en général et aux musulmans en particulier.

Être chroniqueur ou blogueur dans un grand média est un privilège, mais il est parfois lourd à porter. Pendant toutes les années où j’ai animé un blogue sur le français au Québec, j’ai connu ma large part de trolls, de dénigreurs et de harceleurs. Je me souviens d’un linguiste, en particulier, qui ne partageait pas mon point de vue. C’était son droit, bien entendu. Mais il avait choisi de squatter mon blogue, contestant la presque totalité de mes billets. Je mettais un texte en ligne avant d’aller au lit. Quand je me levais, mon détracteur s’y était déjà attaqué, et il revenait à la charge, souvent plusieurs fois dans la journée. Je n’ai pas de stats, mais je ne serais pas étonné qu’il ait écrit sur mon propre blogue plus souvent que moi-même.

Après des années de ce harcèlement, j’avais fini par m’en débarrasser. Du moins, je le croyais. Mais l’homme avait autant de vies qu’un chat. Voilà qu’il était réapparu sous un nouveau pseudonyme, celui d’un supposé professeur de linguistique d’une université californienne, qui, assez étonnamment, se passionnait pour le français québécois. Comme par hasard, il écrivait comme que son prédécesseur et partageait les mêmes obsessions. J’en ai fait des cauchemars avant de parvenir à m’en libérer définitivement.

Cependant, tout comme Marc Cassivi, Yves Boisvert ou Patrick Lagacé, je n’ai jamais reçu un commentaire sexiste. Jamais on ne m’a parlé de mes rides, de mes cheveux gris. Jamais on ne m’a traité de « sale mec ». Jamais on ne m’a accusé de « bander mou ». Tout au plus a-t-on fait un peu d’âgisme en me suggérant à l’occasion de prendre ma retraite. Mais en général, ce qu’on contestait, c’était mes points de vue. La manière n’était pas toujours élégante, mais je m’accommodais de ces désaccords. Au final, c’était même sain.

Mais recevoir des coups vicieux comme en reçoivent mes consoeurs, je crois que je ne l’aurais pas supporté. Je comprends tout à fait celles qui récemment ont jeté l’éponge et j’admire au plus haut point celles qui choisissent de poursuivre leur chemin malgré tout.

« Ce qui nous aiderait, a dit Marie-Claude Lortie à Michèle Ouimet, c’est de recevoir l’appui de nos pairs, collègues, patrons, syndicats, fédérations. Ça prend des gens qui disent : “Lâchez pas, les filles, c’est important que vous soyez là. Et vous, les trolls, vous êtes des pleutres et on vous méprise.” » Alors voilà Marie-Claude, : « Lâchez surtout pas, les filles ! »

Publicités

Commentaires sur: "Pour en finir avec « connasse »" (2)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :