Voyages, lectures, films, impressions, humeurs, la vie quoi!

Archives de mai, 2017

Québec, le char et le troisième lien

Le pont de Québec, où aurait pu être implanté un système rapide par bus, sur voie réservée, pour relier les deux rives.

Lorsque j’ai entendu parler d’un troisième pont entre Québec et Lévis, j’ai naïvement cru que ce projet allait rapidement mourir de sa belle mort. En 2017, pouvait-on encore croire, sans rire, que la solution aux problèmes de transport dans une grande ville était l’ajout d’un nouveau pont ? Mais j’avais oublié que Québec est Québec, à savoir une ville charmante certes, mais un tantinet mystérieuse, où une partie de la population vit encore à l’èpoque du duplessisme. À moins qu’elle ne soit très moderne et ne vive à l’ère du trumpisme.

Toujours est-il que l’idée d’un « troisième lien », comme on l’appelle là-bas, loin d’avoir fait long feu, a plutôt enflammé la capitale, s’il faut en croire le récent reportage de Vincent Marissal, dans La Presse. Pour parler en dialecte laurentien, ce nouveau lien, « c’est winner » et « ça score fort ». Au point, paraît-il, de menacer la réélection du tout-puissant maire Labeaume, un chaud partisan d’un système rapide par bus, sur voie réservée, pour relier les deux rives. Soit dit en passant, je n’aurais jamais cru que je prendrais un jour la défense du petit Napoléon de Québec.

(suite…)

Publicités

Du 350e au 375e

Je suis arrivé à Montréal à temps pour célébrer le 350e anniversaire de la ville. Je rêvais d’y vivre depuis des années. Mais il n’avait pas été facile de concrétiser mon rêve. J’avais entrepris des démarches pour travailler à La Presse quelques années plus tôt, mais la récession avait stoppé toute embauche. Finalement, à l’automne 1991, on m’a offert un poste de surnuméraire pour trois mois. Je suis venu en courant.

Un mois plus tard, avant d’entrer au travail, je suis allé marcher rue de la Commune. J’ai été frappé par le charme du Vieux-Port et par la beauté du Saint-Laurent en direction du pont Jacques-Cartier, celui-là même qu’on a illuminé mercredi soir. Je me souviens très bien de m’être dit : je me plais ici, c’est vraiment dans cette ville que je veux vivre désormais. À mon arrivée au bureau, le directeur de l’information m’a fait venir : heureux de mon travail, il m’a promis un poste permanent. Quelques mois plus tard, nous avons acheté une maison sur le Plateau et Lise est venue me rejoindre.

Commença alors une lune de miel qui a duré cinq ans. Ma compagne et moi n’arrêtions pas de dire à quel point nous étions heureux de vivre dans la grande métropole après 25 ans passés dans la capitale. À l’époque, il me semblait que j’aimais tout de cette ville : sa vie culturelle, ses 60 salles de cinéma ouvertes en matinée, ses nombreux festivals, son métro où l’on croisait des visages venus de tous les coins du monde, son français parlé avec des dizaines d’accents, qui se mêlait à l’anglais, à l’arabe, à l’espagnol ou au chinois, ses restaurants et ses cafés, son mont Royal si joli, son superbe Jardin botanique, son grand parc des Îles, ses quartiers si différents les uns des autres. J’aimais même son architecture, c’est tout dire.

Jusque ce que, en 1997, je passe un mois en Italie à visiter Sienne, Florence, Pise et Rome, sans compter Lucca, Montalcino, Volterra et San Gimignano. J’ai déjà raconté comment revenir à Montréal après avoir passé un mois dans quelques-unes des plus belles villes du monde avait été un choc. Soudain, la laideur de ma ville me sautait aux yeux. Certes, nous avions toujours une très jolie maison. Mais elle était entourée de demeures plus ou moins laissées à l’abandon. Certes, il y avait çà et là de beaux immeubles. Mais pour un bel édifice, combien de bâtiments sans style, voire franchement laids ? Il m’a fallu des mois pour m’en remettre.

L’engouement pour l’Italie a duré une dizaine d’années. Puis ce furent les années françaises, dominées par Paris et Nice. Ensuite, à ma retraite, nous nous sommes lancés sur les routes de l’Amérique du Nord en caravaning. Au début, j’aimais tellement cette vie que j’ai envisagé de vendre l’appartement et de vivre à plein temps sur les routes. Mais au bout de deux ans, ma bipolarité nature-civilisation a commencé à s’inverser. La vie urbaine me manquait de plus en plus. C’est ainsi que nous sommes revenus chez nous. À 71 ans, il me paraissait important de rechoisir Montréal et d’y planter mes racines.

Bien sûr, nous continuons à voyager. Il arrive que Paris me manque, ou Nice, ou Rieti. Mais ma ville maintenant, c’est Montréal. Ou peut-être devrais-je dire mon pays, car je ne me sens guère ni Québécois ni Canadien.

Pourtant, l’architecture est toujours aussi banale. Le nombre de bâtisses laides n’a pas diminué, bien au contraire. Les graffitis sont en train d’enlaidir tous les quartiers. Les trottoirs sont sales. Nos policiers banlieusards, en pantalon de clowns, gueulent et sifflent aux carrefours du centre-ville. Le nombre de cônes jaunes pourrait entrer dans le Livre Guinness des records. Nos cols bleus comblent les nids-de-poule à coups de pelle (trois jours après, tout est à refaire). Et pourtant, je l’aime ce laideron un peu malpropre et mal géré.

Pourquoi ? Parce Montréal a un secret. Et ce secret, comme l’a si bien expliqué François Cardinal dans sa Lettre d’amour aux Montréalais, publiée mercredi dans La Presse, ce sont ses habitants. « Il n’y a qu’à se demander, écrivait-il, ce qui distingue la ville des autres villes nord-américaines. La qualité de vie, le dynamisme des quartiers, l’effervescence de certaines rues commerciales, la fougue des institutions culturelles, le sentiment de sécurité… autant d’atouts qui émanent des habitants eux-mêmes. »

Vingt-cinq ans après mon arrivée, je participerai donc avec plaisir et fierté aux festivités du 375e.

Prochaine étape : le 400e. Si je compte bien (autant le faire tout de suite avant que la mémoire me joue des tours), j’aurais alors 97 ans. Ça me ferait 50 ans dans la métropole. Ce serait merveilleux, non !

 

Le cercle ou l’Empire du Bien

Tom Hanks et Emme Watson dans Le cercle.

Le cercle (***)

Deux superstars, un sujet au goût du jour, un gros budget. Le cercle devait être un gros succès. C’est plutôt une grosse déception pour beaucoup. Seize pour cent seulement de critiques favorables au Tomatometer, c’est un score totalement imprévu pour un film qui réunit Tom Hanks et Emma Watson. Les spectateurs américains sont à peine plus indulgents : 25 % d’opinions favorables. À Montréal, le public se montre moins féroce. Mais la note générale plafonne à 5,7, pas même suffisante pour obtenir la note de passage avec le logiciel du ministère de l’Éducation. Un commentaire résume bien un certain consensus : « Le film avait un bon potentiel, mais il n’a pas été exploité. Il est trop superficiel pour lancer une véritable réflexion sur les dangers des réseaux sociaux. »

Rappelons, sans en dire trop, que Le cercle raconte l’arrivée d’une jeune femme dans un empire qui constitue une sorte d’alliage de Facebook, Google et Apple. Elle est d’abord fascinée par la beauté des lieux et séduite par les objectifs apparemment altruistes de l’entreprise, avant de déchanter, car derrière ces innovations technologiques merveilleuses se cache un envahissement totalitaire de la vie privée.

(suite…)

Je crains une victoire de Le Pen

Le national-populisme de Marine Le Pen n’est que le nouveau visage du fascisme.

Un jeune Français fraîchement débarqué, rencontré dans mon groupe de conversation anglaise, ne comprenait pas mon inquiétude. Lui est convaincu que Marine Le Pen ne deviendra pas présidente de la France dimanche. Mais comme il est partisan de Jean-Luc Mélanchon, je le soupçonne de s’en foutre un peu. Et c’est bien ce qui m’alarme. Selon une consultation menée auprès de 240 000 militants de La France insoumise, les deux tiers d’entre eux préfèrent voter blanc ou s’abstenir plutôt que de voter Emmanuel Macron. Seulement le tiers des partisans de Mélanchon entend voter pour le candidat d’En marche ! Ce qui ouvre toute grande la porte à la candidate du Front national au second tour.

J’ai beau regarder les sondages qui continuent à la donner perdante, je me fais un sang d’encre. Je me souviens trop bien que les enquêtes prédisaient la victoire d’Hillary Clinton sur Donald Trump aux États-Unis. Mais là aussi, les partisans déçus de Bernie Sanders avaient boudé en masse le scrutin. On connaît la suite.

(suite…)

Nuage de Tags