Voyages, lectures, films, impressions, humeurs, la vie quoi!

Jaden Piner et Mahershala Ali dans Moonlight.

Au moment où l’Oscar du meilleur film a été attribué, dans la plus totale confusion, à Moonlight, je ne savais que penser de ce choix de l’Académie, n’ayant pas encore vu le film de Barry Jenkins. C’est fait. Et ? Eh bien, je préfère La La Land. Certes, les deux œuvres sont difficiles à comparer. D’un côté une comédie musicale dans la plus pure tradition de l’âge d’or d’Hollywood, de l’autre un drame dont la thématique est très contemporaine.

Je ne suis pas étonné par le choix de l’Académie, qui récompense rarement les comédies, fussent-elles musicales. La La Land a beau être une comédie qui ne se termine pas par un happy end, elle a sans doute été jugée trop légère. On a préféré la misère de Miami aux paillettes d’Hollywood. On a opté pour des thèmes forts comme l’homosexualité, l’intimidation, la drogue et la monoparentalité, aux ambitions d’une actrice et d’un musicien, sur fond d’étoiles et de chorégraphies. On a choisi un film qui descend dans les bas-fonds au lieu de monter dans la stratosphère.

C’est un choix qui se défend. « Une quête d’identité émouvante et magnifique », a écrit la rédaction du Voici. C’est une conclusion qui exprime bien le sentiment d’une bonne partie de la presse. Quant à moi, je ne suis pas en désaccord, mais je n’ai pas été pour autant bouleversé. Et je continue à préférer La La Land, qui, comme le disait le grand Michel Legrand dans Le Monde, est « une petite merveille ». J’ai d’ailleurs hâte de revoir cette belle réussite de Damien Chazelle.

Si je peux comprendre le choix de Moonlight, je n’arrive pas à saisir comme on a pu attribuer l’Oscar du meilleur rôle de soutien à Mahershala Ali. Qu’on me comprenne bien : c’est un comédien que j’adore. À l’écran, il a une présence énorme. Je l’ai trouvé extraordinaire, entre autres, dans House of Cards. Dans le film de Jenkins, il est assurément très bon, mais il joue un tout petit rôle qui disparaît après la première demi-heure. J’approuve d’autant moins ce choix qu’Ali affrontait de solides concurrents. Notamment Dev Patel, le magnifique acteur de Lion. Le choix de ce Britannique d’origine indienne aurait été d’autant plus justifié qu’il aurait permis à ce film poignant, boudé par l’Académie, de repartir avec au moins un trophée.

Bref, l’attribution de l’Oscar à Ali plutôt qu’à Patel, c’est un vrai vol !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :