Voyages, lectures, films, impressions, humeurs, la vie quoi!

Le pont de Québec, où aurait pu être implanté un système rapide par bus, sur voie réservée, pour relier les deux rives.

Lorsque j’ai entendu parler d’un troisième pont entre Québec et Lévis, j’ai naïvement cru que ce projet allait rapidement mourir de sa belle mort. En 2017, pouvait-on encore croire, sans rire, que la solution aux problèmes de transport dans une grande ville était l’ajout d’un nouveau pont ? Mais j’avais oublié que Québec est Québec, à savoir une ville charmante certes, mais un tantinet mystérieuse, où une partie de la population vit encore à l’èpoque du duplessisme. À moins qu’elle ne soit très moderne et ne vive à l’ère du trumpisme.

Toujours est-il que l’idée d’un « troisième lien », comme on l’appelle là-bas, loin d’avoir fait long feu, a plutôt enflammé la capitale, s’il faut en croire le récent reportage de Vincent Marissal, dans La Presse. Pour parler en dialecte laurentien, ce nouveau lien, « c’est winner » et « ça score fort ». Au point, paraît-il, de menacer la réélection du tout-puissant maire Labeaume, un chaud partisan d’un système rapide par bus, sur voie réservée, pour relier les deux rives. Soit dit en passant, je n’aurais jamais cru que je prendrais un jour la défense du petit Napoléon de Québec.

Selon Marissal, Jean-François Gosselin, ex-député adéquiste et ex-candidat libéral, a fait du troisième lien « son principal cheval de bataille pour conquérir la mairie de Québec ». « Montréal, dit le chef de Québec 21, a 27 portes d’entrée, on peux-tu l’avoir, nous autres, notre troisième lien ? » Je ne sais pas comment ce politique est arrivé au chiffre de 27. Je le soupçonne d’avoir ajouté quelques chaloupes aux ponts de la métropole. Il semble également avoir oublié que Montréal est une île d’une soixantaine de kilomètres et que l’agglomération compte quatre millions de personnes, soit presque la moitié du Québec tout entier.

Cela dit, on ne s’étonnera pas de pareil déraillement quand on lit la suite des déclarations de Gosselin, qui accuse Labeaume de vouloir « créer des petits Plateau Mont-Royal un peu partout en ville » (ça, j’en suis convaincu, c’est très, très winner dans la cité de Champlain). Pour lui, une rue conviviale (écoutez bien), c’est une rue où monsieur peut stationner son auto. Difficile d’être plus visionnaire après l’Accord de Paris sur le climat !

Évidemment, dans la capitale de la radio-poubelle, les animateurs réacs s’en sont mêlés. Toujours selon Marissal, le très subtil Jeff Fillion a traité de « djihadiste écolo violent » le président du Conseil régional de l’environnement de la Capitale nationale. On ne s’étonnera pas d’apprendre que les environnementalistes, opposés au projet, se font traiter de tous les noms. C’est dans l’ordre des choses.

Au début des années 70, quand j’étais jeune journaliste au Soleil, on s’interrogeait déjà sur les décisions écologiques de l’administration Lamontagne, à qui l’on doit notamment l’affreux complexe G, qui écrase le cap Diamant, et l’autoroute Dufferin, qui a détruit une partie de la basse-ville. Sans disculper Lamontagne, il faut préciser qu’il était représentatif des maires de l’époque, des modernistes qui ne juraient que par le progrès.

Depuis toutefois, on a découvert que le développement devait être durable. On a appris, en effet, que l’activité humaine provoquait une augmentation des gaz à effet de serre et que cette hausse, quoi qu’en disent les climatosceptiques, était à l’origine du réchauffement climatique.

On sait également que ce bond des températures, s’il n’est pas bientôt limité à deux degrés, provoquera de nombreuses catastrophes : fonte des glaciers et du pergélisol, élévation du niveau de la mer, fortes pluies, tempêtes, cyclones, typhons, tornades, ouragans, vents violents, inondations, sécheresses et autres phénomènes plus sympathiques les uns que les autres. Et c’est sans compter la migration de masse, déjà commencée, des peuples qui subissent les conséquences du réchauffement climatique.

Mais apparemment, dans une jolie ville parsemée de rues conviviales où l’on peut parker son char, quelques quidams n’ont pas eu vent de ces nouvelles.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :