Voyages, lectures, films, impressions, humeurs, la vie quoi!

Connaissez-vous Zaz ?

Moi, il y a quelques semaines à peine, je ne la connaissais pas. J’en suis un peu gêné, car elle est aujourd’hui très connue, et pas seulement en France. Elle est même une des chanteuses françaises les plus populaires au Québec. Elle chantera d’ailleurs au Centre Bell et au Centre Vidéotron en avril. Mais manque de pot, je serai à Paris au moment où elle sera à Montréal. Sinon, bien sûr, j’aurais déjà acheté ma place.

J’ai découvert Zaz par hasard. Je cherchais sur YouTube des versions de La tendresse, la chanson culte de Bourvil. Je suis tombé sur un duo réunissant Zaz et Jenifer. C’est une jolie version, même si on sent que la première s’efforce de ne pas écraser la petite voix de la seconde. C’était assez pour que je tape « Zaz » dans la barre de recherche. Et ce fut la révélation !

Depuis, je l’écoute tous les jours. Il y a longtemps qu’une chanteuse ne m’avait fait un tel effet. Dans la liste de mes favorites, elle vient rejoindre Melina Merkouri, Billie Holiday,  Diana Krall et Cesaria Evora. Rien de moins !

En compagnie d’Aznavour.

La première chose qui m’a frappé, c’est sa voix. Une voix un peu rauque, un brin cassée, mais puissante. Puissance dont elle n’abuse pas cependant. Ainsi, dans Belle et dans L’oiseau, les deux chansons du film Belle et Sébastien, elle murmure les paroles. Rien à voir donc avec les hurleuses américaines, qui m’irritent tant les tympans.

Cela dit, s’il faut faire vibrer la sono, comme dans J’irai, ce petit bout de femme peut atteindre un volume impressionnant. On peut entendre un autre exemple de sa virtuosité dans La chanson des vieux amants, qu’elle a interprétée en duo avec le grand Placido Domingo, qu’elle fait même un peu mal paraître.

Deuxième constat : Zaz peut chanter à peu près n’importe quoi. Elle interprète très bien, bien sûr, les chansons qu’elle compose elle-même ou qu’on compose pour elle. Mais elle n’hésite pas à s’attaquer à des monuments de la chanson française comme Piaf, Brassens, Brel, Cabrel ou Dutronc. Et c’est toujours beau. Sans doute parce qu’elle parvient à être fidèle à ses illustres devanciers sans pour autant les imiter.

Il est probable que sa polyvalence doive beaucoup au fait que, avant d’être connue, Zaz a chanté dans des groupes très divers, qui lui ont permis de tâter du jazz, du blues, du rock et de la pop. Elle a rejoint, entre autres, le groupe latino-rock Don Diego, qui mélange, selon Wikipédia, « la musique française et espagnole auxquelles s’ajoutent des influences afro, arabo-andalouse ou latino ».

Ce qui me frappe enfin dans les vidéos qu’on peut voir de Zaz sur YouTube, et notamment celles qui ont été filmées en spectacle, c’est sa présence lumineuse, intense et chaleureuse. Elle est, comme on dit, une bête de scène. C’est ce qui me fait tant regretter de manquer sa venue chez nous. Mais elle n’a que 38 ans ; j’aurai sans doute l’occasion de me reprendre.

*****

Zaz compte à ce jour trois albums studio (Zaz, Recto verso et Paris) et un album en spectacle (Sur la route). Effet miroir doit sortir le 16 novembre. Si l’on en juge par Qué vendra, le premier extrait diffusé, le prochain disque sera lui aussi très beau.

On trouve aussi sur YouTube quelques spectacles complets de Zaz.

Mes dix chansons favorites chantées par elle sont pour l’heure :

On ira

Je veux

Belle

Trop sensible

Qué vendra

Les passants

Éblouie par la nuit

La lune

Port Coton

Paris s’éveille

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :