Voyages, lectures, films, impressions, humeurs, la vie quoi!

Le dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat a beaucoup touché une de mes ex-collègues, qui se demande quel effet il aura « sur le moral des êtres humains ». « J’en suis rendue, écrit Chantal avec son humour habituel, à être soulagée de ne pas avoir fait d’enfant, à envisager sereinement ma mort dans max 30 ans et à me demander pourquoi je mets tant d’efforts à essayer d’arrêter de fumer. »

Il faut dire que le rapport du GIEC tape fort. « L’humanité a déjà rejeté tant de gaz carbonique dans l’atmosphère, apprend-on dans le compte rendu de La Presse, qu’elle a fait grimper la température du globe de 1 ℃ par rapport à l’ère préindustrielle. »

Si l’on fait beaucoup d’efforts, on est capable de limiter cette hausse à un demi-degré supplémentaire, estiment les experts. Mais, s’empresse-t-on d’ajouter, on ne réussirait qu’à limiter les dégâts. Les vagues de chaleur extrême augmenteraient considérablement et le niveau des océans continuerait à monter jusqu’à la fin du siècle, au moins.

Et encore. Comme nous ne paraissons pas très enclins à entreprendre les actions nécessaires, on peut craindre que la hausse des températures atteigne 2 degrés, voire davantage. C’est un scénario de catastrophes annoncées ; il ne donne pas très envie de vivre vieux ou de venir se réincarner sur cette bonne vieille Terre. Contrairement à ce que chante la Compagnie Créole, ce n’est pas bon pour le moral. Mais là, pas du tout !

S’il faut en croire la blogueuse Daphné Cameron, il n’y a pas que les mauvaises nouvelles en matière d’environnement qui affectent notre humeur. Les frasques de Donald Trump seraient à l’origine d’un nouveau trouble anxieux, que les psys ont baptisé le « Trump anxiety disorder ».

« Le terme n’est peut-être pas dans le DSM-5, la bible des troubles psychologiques, écrit Daphné sur le blogue de Richard Hétu, mais de plus en plus de psychologues et de psychiatres américains auraient constaté que le comportement du président affectait la santé mentale de leurs patients. » Selon un sondage, 56 % des gens se disent « anxieux » ou « extrêmement anxieux » des impacts de la politique sur leur vie quotidienne. Il n’y a donc pas que moi ; ce président est fou et il rend dingue.

Et au Québec, comme si ce n’était pas assez, la CAQ, sitôt élue, vient de relancer maladroitement le débat sur le port des signes religieux, comme s’il y avait péril en la demeure.

Le matin, avant de me lancer dans ma lecture de La Presse et du Monde, je dis souvent à ma compagne : « Allons voir comme se porte notre merveilleux monde ! » Monde de fous, évidemment, où l’on voit un président se moquer d’une femme qui s’est courageusement rendue devant le Sénat pour dénoncer une agression sexuelle ; où une bouteille de Romanée-Conti millésime 1945 est adjugée pour 558 000 $, somme qui aurait sans doute permis de faire vivre des milliers d’Africains pendant un an ; où Trump, encore lui, et son gendre peuvent cacher des millions de dollars au fisc en toute impunité ; où l’Italie interdit ses ports à des navires venus au secours de migrants en mer ; où l’Arabie Saoudite fait assassiner un journaliste dissident ; où ouragans, inondations et typhons sont de plus en plus nombreux et de plus en plus dévastateurs… La liste est de nature à donner les bleus aux plus optimistes, et je n’en suis pas un.

C’est pourquoi, avant que les nouvelles ne me pourrissent complètement la vie, j’ai commencé à me soigner : jamais de Twitter, pas trop de Facebook, pas de vidéos ou d’émissions montrant Trump (par contre, les photos du président m’amusent, car elles sont toujours mauvaises). J’ai aussi entrepris une cure d’actualités. Je ne regarde plus les bulletins d’informations de Radio-Canada et j’évite comme la peste Le Journal de Montréal (la vie est trop courte pour la perdre à lire Martineau).

En revanche, je continue à consulter le blogue de Hétu, car son ton critique et caustique à l’égard de l’Agent Orange me fait du bien. J’ai aussi conservé La Presse et Le Monde, mais je me montre désormais plus sélectif ; souvent je m’en tiens aux titres. J’aime beaucoup ces journaux, mais j’aimerais y lire plus souvent de bonnes nouvelles. Sinon, l’actualité paraît trop déprimante.

J’ai moi-même, l’intention de revenir à des sujets moins divisifs et plus réjouissants sur ce blogue. J’étais assurément plus drôle quand je faisais le récit de nos pérégrinations en caravaning ou de nos voyages en Europe.

Bien sûr, tout n’est pas rigolo. Nous vivons une époque tragique, marquée à la fois par la montée des températures, des eaux et des populismes. Difficile dans ces conditions de faire l’économie des sujets délicats. Mais je tenterai de le faire avec plus de légèreté. En ces temps troubles, l’humour et la joie font tellement de bien. L’espoir également, car comme le dit si bien le moine Matthieu Ricard, nous ne pouvons nous offrir le luxe du pessimisme. Même si parfois, c’est bien tentant.

Publicités

Commentaires sur: "L’actualité rend-elle fou ?" (3)

  1. Jean-Guy Roy a dit:

    Paul, Ton sevrage me conforte : j’ai pris la même décision. Même si la lecture de Yuval Noah Harari m’ébranle souvent (surtout son deuxième livre que je viens de finir), je crois qu’il faut partager ta conclusion et se ranger du côte du moine Ricard. Jusqu’à maintenant, et en espérant qu’il en sera encore de même, l’humanité a réussi à s’adapter.

  2. Jean-Guy Roy a dit:

    Paul,
    Pour faire suite à mes commentaires précédents, et pour poursuivre dans la même veine que la tienne, voici la première phrase du troisième livre de Harari que je viens d’entreprendre : « Dans un monde inondé d’informations sans pertinence … »

  3. En adoptant une telle approche, nous entérinons le cloisonnement des idées, le parle-parle-jase-jase entre nous, bref, exactement ce contre quoi nous luttons depuis deux ans.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :