Voyages, lectures, films, impressions, humeurs, la vie quoi!

Il n’est pas toujours facile de suivre le raisonnement du grand patron de Facebook en matière de fausses nouvelles et de désinformation. Cette semaine, par exemple, Mark Zuckerberg a fait savoir que, tout Juif qu’il soit, son réseau social ne censurerait pas nécessairement les messages niant l’Holocauste. Pourquoi « parce qu’il y a des choses sur lesquelles les gens se trompent », a-t-il dit, mais « sincèrement ». Euh !

« Autrement dit, nous explique Richard Hétu, il y a des négationnistes, des racistes et autres tenants d’idéologies toxiques qui sont de bonne foi. » À preuve, note encore le brillant blogueur, « un site conspirationniste comme InfoWars, qui a notamment contribué au harcèlement de parents de victimes de la tuerie de Newtown, pourra continuer à avoir sa page Facebook ».

Zuckerberg justifie cette contradiction au nom de la liberté d’expression, dont il se fait le champion. Admettons qu’il s’agit d’une notion complexe. Cette liberté, en effet, est fondamentale, mais il est difficile de fixer ses limites. Doit-elle aller jusqu’à permettre la publication de n’importe quoi, y compris des faussetés, des mensonges, des fumisteries, des théories du complot ?

J’ai peut-être l’esprit mal tourné, mais je ne peux m’empêcher de penser que le laxisme du grand patron de Facebook repose sur des impératifs surtout économiques ; il ne me paraît pas dans son intérêt d’adopter des politiques qui réduiraient l’accès à son immense réseau. On peut reprocher bien des choses à Zuckerberg, mais pas de ne pas savoir compter.

« Maudite galette »

Cela dit, les algorithmes de Facebook ont parfois bien du mal à démêler le vrai du faux. Permettez-moi de vous raconter ce qui m’est arrivé. Pour mieux diffuser mes carnets, j’ai créé il y a quelques mois une page Facebook, « Les carnets de Paul Roux ». Pour une somme modique, le réseau me permet d’en faire la promotion.

Tout allait bien jusqu’à ce que ma promotion d’une critique du dernier film de Denis Arcand soit, à ma grande surprise, refusée. Le courriel de refus, très général, expliquait, entre autres, que je ne pouvais employer des jurons ou des mots vulgaires. J’ai relu attentivement mon texte en me demandant sur quoi la modération avait bien pu buter. J’ai fini par découvrir qu’il s’agissait vraisemblablement d’un titre d’Arcand, « La maudite galette ». J’ai fait appel et j’ai eu gain de cause. Je suppose que l’humain qui a remplacé l’algorithme a mieux compris.

Mais cette expérience m’incite à croire qu’il est plus risqué d’employer sur Facebook un gros mot comme « maudit » que de propager des faussetés, même de façon répétée. L’important, si je comprends bien Zuckerberg, c’est de mentir de bonne foi.

Publicités

Commentaires sur: "Facebook, la liberté d’expression et moi" (3)

  1. Bon commentaire, Paul.

    Peut-être est-ce comme ça ailleurs aussi, mais aux États-Unis il semble acceptable de dire n’importe quelle insanité en autant que ce soit sans utiliser de mots proscrits. J’ai perdu là-bas des compagnons de golf en échappant un « F-bomb », comme ils disent, en frappant le sol au lieu de ma balle (bon, je veux spécifier ici que c’est plutôt rare – frapper le sol je veux dire). J’ai eu beau expliquer qu’un phoque est un mammifère qui nage devant chez moi dans le fleuve et que c’était tout-à-fait innocent, c’était fini. Ils n’ont plus jamais été libres pour jouer au golf avec moi.

    Mais j’y pense, nous étions aux États-Unis mais c’étaient des canadiens, pas des canadiens-français. Des canadiens point. Bon, alors une autre théorie qui tombe à l’eau.

    Je n’ai jamais eu de compte Facebook. Mon cerveau crampe à l’idée.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :