Voyages, lectures, films, impressions, humeurs, la vie quoi!

Alexandre Landry et Maripier Morin dans « La chute de l’empire américain ».

Je suis allé voir le nouveau film de Denis Arcand sans trop d’attente, et j’ai adoré. La chute de l’empire américain renoue avec la truculence de La maudite galette, une œuvre ancienne, presque oubliée, qui ne déparerait pas la filmographie des frères Cohen.

Cela dit, le nouvel opus d’Arcand me fait plus penser aux comédies italiennes qu’aux comédies noires des deux Américains, car on y trouve, outre une intrigue policière amusante et improbable, une critique sociale féroce. À partir de cette histoire d’argent volé et trouvé, le réalisateur nous décrit une société de ploutocrates où le fric des riches disparaît dans des paradis fiscaux, où l’on pratique l’optimisation fiscale à fond la caisse, avant de réapparaître dans de respectables fiducies caritatives. Le constat est brutal. Certains ont dit que c’était de « l’enfonçage de portes ouvertes ». Mais pour avoir suivi ce dossier depuis des années, je le crois aussi juste que pertinent.

Côté interprétation, on est gâté. On a beaucoup parlé de Maripier Morin, la révélation du film, qui n’avait jamais joué au cinéma. Dès qu’elle apparaît, on n’a d’yeux que pour elle. Arcand a fait un pari audacieux, mais il a décroché le gros lot. Sans elle, cette prostituée au grand cœur, dernière en date d’une longue tradition cinématographique (les cinéastes aiment beaucoup les putains magnifiques), ne serait ni attachante ni crédible.

Mais le grand rôle, celui qui tient le film de bout en bout, c’est celui d’Alexandre Landry. Son personnage est constamment sur un fil. Il doit se montrer brillant sans être prétentieux, philosophe sans être sentencieux, naïf sans être niais, vraisemblable en livreur de colis amoureux de l’escorte la plus chère de Montréal. Un rôle d’équilibriste qu’il maîtrise parfaitement.

Bien sûr, le film a des limites. Le scénario n’est pas toujours bien ficelé ; on peut même dire qu’il est parfois cousu de fil blanc. Pour se laisser agréablement mener en bateau, il faut accepter que l’histoire soit arrangée avec le gars des vues.

J’ai aussi quelques réserves sur le dénouement, que je ne vous dévoilerai pas, mais qui dégouline de bons sentiments. Il jure dans une œuvre qui démontre au contraire, telle une thèse, l’amoralité de notre société. Pour ma part, j’aurais terminé sur « Je n’aime pas me faire baiser ! », qui conclut l’intervention policière ratée. Mais peut-être qu’Arcand, craignant de paraître trop cynique, a-t-il voulu donner à ses héros un petit côté Robin des bois.

Un mot enfin sur le titre ; La chute de l’empire américain, c’est peut-être accrocheur, mais ça n’a rien à voir avec l’intrigue. D’autant que ledit empire, loin de s’effondrer, a étendu ses tentacules sur le monde entier. L’empire du fric, il est aujourd’hui partout. C’est d’ailleurs ce que démontre avec brio le nouveau film du réalisateur du Déclin de l’empire américain (titre qui n’était pas plus juste, mais qui a lui aussi fait mouche en son temps).

Publicités

Commentaires sur: "Le nouveau Arcand : jouissif !" (2)

  1. Jici Béliveau a dit:

    Avec un tel commentaire, ne reste plus qu’à se rendre au ciné en courant ! Merci M. Paul des Trois-Rivières ;).

  2. Merci pour cette critique intéressante. Voyons si ce film sera lui aussi boudé à Montréal, son niveau de langage n’étant pas celui de l’argot. Ce ne sera pas une preuve ni pour ni contre ton hypothèse du carnet précédent, mais quand même une indication.

    En passant, il n’était plus possible de répondre aux commentaires sur ce précédent carnet alors je n’ai pas pu y ajouter qu’en effet je n’avais pas compris le sens de « argot laurentien ».

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :