Voyages, lectures, films, impressions, humeurs, la vie quoi!

La bataille des sexes

Emma Stone est une grande actrice qui peut tout aussi bien jouer les femmes fatales que les brunettes à lunettes.

Quand j’ai su qu’Emma Stone allait jouer le rôle de Billy Jean King, j’ai tiqué. Non que je n’aime pas la star oscarisée de La La Land ; c’est au contraire une de mes actrices préférées. Mais je n’arrivais pas à imaginer la comédienne aux cheveux blonds et aux yeux bleus dans la peau de l’ex-championne de tennis. Dix minutes après le début de Battle of the Sexes, mes doutes étaient définitivement balayés. Emma Stone est une grande actrice qui peut tout aussi bien jouer les femmes fatales que les brunettes à lunettes.

Battle of the Sexes n’est pas vraiment un film sur le tennis, bien que l’affrontement entre la meilleure joueuse de son époque et Bobby Riggs, un vieux champion de 55 ans, en soit le point d’orgue. C’est avant tout une œuvre sur la bataille des femmes pour l’égalité. Il faut savoir que, au début des années 70, les dames gagnaient douze fois moins que les messieurs au tennis. C’est dans ce contexte que King crée en 1973 la WTA (Women’s Tennis Association), dont elle devient la première présidente.

Billy Jean King lève les bras après avoir battu Bobby Riggs.

C’est aussi cette année-là qu’elle doit relever le défi de Riggs, un provocateur qui prétend qu’aucune femme n’est assez bonne pour battre un vieux champion comme lui, ce qui fait bien l’affaire des machos de l’univers du tennis. Comme le rappelle Wikipédia, l’événement est colossal : le match attire plus de trente mille spectateurs à Houston et réunit plus de cinquante millions de téléspectateurs dans trente-sept pays. Billie Jean King gagne le duel haut la main, faisant faire un pas de géant au tennis féminin, mais aussi à la cause des femmes.

La championne est aussi célèbre pour avoir été la première sportive à révéler son homosexualité. À l’époque racontée par le film toutefois, King n’était pas encore sortie du placard. Elle était même encore mariée, tout en entretenant une liaison avec son assistante, Marilyn Barnett (qu’on présente ici comme la coiffeuse des joueuses). Cet aspect de sa vie, très bien raconté, ajoute à l’intérêt du film.

De toute évidence, Battle of the Sexes ne réinvente pas le cinéma. On est plus près du « biopic » traditionnel que du chef d’œuvre. Mais le film, remarquablement joué par Emma Stone et par Steve Carell (qui arrive à ne pas être ridicule en Riggs), se laisse voir avec beaucoup de plaisir.

En version sous-titrée

Battle of the Sexes a été présenté en version sous-titrée au Quartier Latin. J’en étais tout content. À mon avis, c’est ainsi que devraient être présentés les films étrangers au Québec. Il faut dire que je n’aime pas les doublages en général et que je déteste les doublages québécois en particulier. Ces derniers sont souvent bâclés, mal traduits et doublés par un trop petit nombre de comédiens.

Cependant, ce n’est sans doute pas demain la veille. La version sous-titrée a déjà quitté le Quartier Latin. Le jour où j’y suis allé, nous n’étions d’ailleurs que deux dans la salle, preuve par deux, si je puis dire, que les sous-titres n’ont pas beaucoup d’adeptes chez nous. Dommage !

Le film est remarquablement joué par Emma Stone et par Steve Carell (qui arrive à ne pas être ridicule en Bobby Riggs).

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :