Voyages, lectures, films, impressions, humeurs, la vie quoi!

Un samedi sans opéra

Cet après-midi, je me suis rendu au Cineplex Forum pour voir l’opéra Norma. Je n’avais pas acheté mon billet en ligne, convaincu qu’il ne manquerait pas de sièges par cette matinée pluvieuse, d’autant que le chef d’œuvre de Bellini était présentée dans trois salles à Montréal. Erreur ! Les vrais amateurs d’opéra ne sont pas gens à se laisser décourager pour une pluie fine du mois d’octobre. Il restait bien de rares places dans l’ancien Forum, mais elles étaient mal situées. J’ai préféré rebrousser chemin, mais non sans avoir vu entrer la foule de ceux qui avaient eu la sagesse de réserver leurs billets.

Ils n’étaient pas chic comme un soir de première à l’Opéra de Montréal, mais bien mis tout de même. Beaucoup mieux en tout cas que la faune habituelle des cinémas. Vieux aussi. Même plus vieux que moi, ce qui n’est pas peu dire. Du coup, j’ai eu l’impression de me retrouver à Naples, dans le sud-ouest de la Floride. Lors de mon dernier voyage, j’avais noté, dans un supermarché de cette ville cossue, que la clientèle était si âgée qu’il faudrait installer quelques défibrillateurs et deux ou trois bornes d’oxygène pour que les gens puissent reprendre leur souffle. Mais heureusement dans ce multiplexe, le grand escalier qui mène au dernier étage, où était projetée l’œuvre, est mécanique. Pas besoin de canne pour le gravir.

Je suis reparti en me disant que l’opéra avait sans doute une date de péremption. Quand ma génération aura disparu, le genre mourra également. On gardera juste quelques CD et quelques DVD pour montrer aux jeunes générations ce qu’était ce grand art qui voulait intégrer tous les autres.

Commentaires sur: "Un samedi sans opéra" (1)

  1. J’ai été abonné à l’Opéra de Montréal quelques années. J’ai donc eu l’occasion d’en voir-écouter quelques uns. À chaque fois j’avais l’impression de visiter un site archéologique ou d’assister à un cours d’histoire de l’art. Non pas que ce soit une expérience désagréable. C’est peut-être une forme de divertissement dépassée.
    Pourtant non. La forme moderne, l’opéra-rock, fonctionne bien. Je crois que c’est le récit chantonné, entre les grands airs, discours qui m’est totalement opaque parce que je ne comprends rien, qui me fait cet effet avec les vieux opéras.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :