Voyages, lectures, films, impressions, humeurs, la vie quoi!

L’affrontement entre Roger Federer et Alexander Zverev n’a pas vraiment eu lieu, tant le premier a paru diminué, notamment au deuxième set. Mais le Maestro eût-il été en grande forme, il n’est pas certain qu’il aurait remporté son premier titre à Montréal. Malgré ses jeunes 20 ans, Sacha dégage déjà, quand il est dans un bon jour (et ça lui arrive de plus en plus souvent), une impression d’invincibilité. Il me rappelle, tenez, un certain Federer, et avant lui, un certain Pete Sampras.

Il y a quelques mois, on disait que le coup droit du cadet des Zverev était encore très perfectible. Aujourd’hui en finale, ce coup a plutôt frôlé la perfection. Je ne vois désormais aucun point faible dans son jeu. D’autant que, bien entouré par son papa, son grand frère et maintenant Juan Carlos Ferrero, il semble en mesure de gérer le stress en champion.

On attendait depuis des années une relève digne de ce nom. Qu’il s’agisse de Grigor Dimitrov, de Kei Nishikori, de Milos Raonic, de Martin Cilic, de David Goffin, aucun ne s’était montré capable de succéder au Big Four. Je crois que Zverev, lui, ne décevra pas. Il compte déjà cinq titres cette année, dont deux Masters 1000, un arraché à Djokovic à Rome, le second à Federer aujourd’hui. Son premier Grand Chelem ne devrait pas tarder.

J’espère juste que le grand Allemand ne sera pas seul de sa promotion, car le tennis est plus passionnant quand il engendre de belles rivalités. Même si Denis Shapovalov a disputé un tournoi épatant à Montréal, il est encore trop tôt pour affirmer qu’il connaîtra une grande carrière. Pour l’heure, on peut seulement l’espérer. On ne sait pas non plus si des joueurs comme Karen Khachanov, Daniil Medvedev, Andrey Rublev, Borna Coric ou Hyeon Chung seront plus que des étoiles filantes. Il y a bien un certain Nick Kyrgios, mais peut-être gaspillera-t-il son immense talent. Quant à Lucas Pouille, il traverse une année très décevante.

Reste Dominic Thiem, qui a tous les coups dont peut rêver un champion. Mais il a montré jusqu’ici un mental digne de Richard Gasquet ou de Gaël Monfils. À Montréal, on l’a vu perdre bêtement contre Diego Schwartzman après avoir gaspillé plusieurs balles de match. Sa nervosité excessive et son attitude dépitée dans les derniers jeux sont inquiétantes. Certes, il est encore jeune à 23 ans. Mais s’il n’améliore pas rapidement sa gestion du stress et son intelligence du jeu, il ira bientôt rejoindre la longue liste des espoirs déçus et décevants.

En attendant, les plus grands rivaux de Zverev risquent d’être ceux-là mêmes qui dominent le tennis depuis dix ans, voire davantage.

Publicités

Commentaires sur: "Zverev, le meilleur depuis…" (1)

  1. Depuis cette nouvelle blessure au dos de Federer, je crains fort que la bataille finale pour la place de numéro 1 de cette folle saison 2017 ne soit déjà jouée en faveur de Nadal, à tort ! En effet, je ne pense pas que Federer puisse finir cette saison comme il l’a commencée, alors que je pense que Nadalator va probablement réussir à assurer le minimum de points suffisants pour rester sur le trône jusqu’à la fin de cette saison, par exemple en faisant pas mal de demi-finales … Le seul intérêt me semble de voir si Zverev va enfin réussir un beau parcours en grand chelem lors du prochain qui va se disputer à Flushin’NewYork !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :