Voyages, lectures, films, impressions, humeurs, la vie quoi!

Quand les voitures électroniques auront remplacé les voitures à essence ou au diésel, ce qui devrait se produire d’ici 25 ans, n’en déplaise aux Trump de ce monde, l’air sera plus propre et les rues moins bruyantes. L’ePrix, qui doit avoir lieu à Montréal en fin de semaine, peut-il contribuer à accélérer cette mutation, comme l’affirme notre bon maire Coderre ? Espérons-le, mais il est permis d’en douter.

Pour ma part, ce qui m’ennuie dans cette nouvelle manifestation montréalaise, ce n’est pas tant la fermeture des rues et autres nuisances liées à ce type d’événements.  Ce n’est pas non plus le coût. C’est plutôt qu’elle fasse l’apologie de la sacro-sainte automobile et de la vitesse qui y est associée.

L’ennui, c’est qu’on aura beau passer à la voiture électrique, il y aura toujours trop de chars sur nos routes, dans nos sociétés construites en fonction de la voiture. Et on aura beau construire des véhicules capables de rouler de plus en plus vite, ils iront, en fait, de plus en plus lentement, bloqués par ceux qui précèdent. « Tasse-toi, mon’oncle ! », ça ne marche que dans les pubs.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :