Voyages, lectures, films, impressions, humeurs, la vie quoi!

Lise et moi avions reçu en cadeau des billets pour le spectacle de Charlotte Cardin dimanche soir. J’ai suggéré à ma compagne que nous en profitions pour effectuer notre pèlerinage annuel au Festival de jazz. Nous sommes arrivés sur les lieux un peu avant 17 h. Hormis le Urban Science Brass Band, qui ne nous intéressait pas trop, il n’y avait pas grand-chose à se mettre dans l’oreille. Malgré tout, il y avait un monde fou.

Au bistro de la SAQ, c’était plein. Les serveuses, en revanche, étaient rares et plutôt désorganisées. Elles passaient près de notre table sans jamais s’arrêter pour prendre la commande. Au bout de 20 minutes, n’étant toujours pas servis, nous avons décidé de mettre les bouts.

Petit arrêt à l’excellent café du Théâtre du Nouveau-Monde, où l’on nous dit gentiment que l’attente est d’au moins 40 minutes. Le chiffre était d’ailleurs aléatoire, car les nuages, qui noircissaient à vue d’œil, risquaient d’inonder la belle terrasse. Décidément, « la poque roulait pas pour nous autres ». Cette fois, c’est Lise qui suggère que nous allions souper à La Gargotte dans le Vieux-Montréal. C’est un peu loin du Quartier des spectacles, mais on a le temps. Et puis de toute façon, on a très envie de fuir le site du Festival.

À La Gargotte, le patron semble ravi de nous revoir. Nous aussi. On adore tous les deux ce petit restaurant que l’on fréquente depuis une quinzaine d’années. Dès que nous sommes assis, on convient spontanément que pour nous la magie du Festival de jazz n’opère plus. Après 25 ans, le charme s’est envolé.

Nous nous rendons quand même au Métropolis pour profiter des billets qu’on nous a si gentiment offerts. À 20 h, il ne reste déjà plus une seule place assise. Il nous faudra regarder le spectacle debout, au milieu d’une foule de plus en plus dense, dans une chaleur suffocante.

À 20 h 30, on apprend qu’il y a une première partie. Ne me demandez pas le nom du chanteur ; je l’ai oublié. C’est dommage, car je vous aurais exhorté à ne jamais aller le voir. Mais vous ne risquez pas vraiment que ça arrive. Tout le monde a paru content quand il a annoncé sa dernière chanson. Au total, il en aura chanté six, mais j’ai cru qu’il n’en avait chanté qu’une, toujours la même.

Il était presque 21 h 30 quand la belle Charlotte a fini par apparaître. Ça faisait déjà une heure et demie que nous étions debout. Il faisait de plus en plus chaud et il y avait de plus en plus de monde. Pour la vente de la bière, qui continuait pendant le spectacle, c’était sans doute l’Eldorado. Mais pour les pauvres spectateurs, c’était plutôt le hammam.

Elle a une fort jolie voix, Miss Cardin ! Dommage que le batteur et le claviériste aient cherché, et souvent réussi, à l’enterrer. C’est là que je me suis souvenu que le mot batterie désigne aussi des « pièces d’artillerie ». Ex. : batterie de canons. Quand le batteur se déchaînait, j’avais l’impression que les avions alliés larguaient des tonnes de bombes sur Berlin. Plus subtil que ça, tu te réincarnes en bombardier.

Au bout de 15 minutes, nous avons retraité vers l’arrière de la salle, en nous frayant un chemin à travers la foule, qui occupait même les allées. Là, il faisait moins chaud et on respirait mieux. Et puis, on pouvait s’appuyer contre le mur.

Malgré tout, le spectacle ne nous aura pas laissé un souvenir impérissable. Il nous a bien fallu convenir que nous étions sans doute devenus trop has been pour un show debout au Métropolis.

Publicités

Commentaires sur: "Festival de jazz : la magie n’opère plus" (1)

  1. Louise Rochon a dit:

    Bonjour Paul,

    Toujours agréable de te lire même si je ne vais pas souvent sur Facebok. Pour ton information Charlotte Cardinal Rochon est la petite fille de Lise Rochon, ma cousine germaine, bien sage sur scène encore.

    Louise

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :