Voyages, lectures, films, impressions, humeurs, la vie quoi!

Les victoires de la musique

Jain, 25 ans à peine et tenue d’adolescente, a été choisie Artiste féminine de l'année.

Jain, 25 ans à peine et tenue d’adolescente, a été choisie Artiste féminine de l’année.

J’ai regardé et écouté les Victoires de la musique au complet cette semaine. Les quatre heures ont passé très vite. Il faut dire que, contrairement à nos Félix, il n’y avait pas la moindre pub. Il faut dire aussi que la divulgation des résultats ne prenait pas un temps fou. Pour chaque catégorie, un des deux animateurs annonçait la liste des trois nommés (seulement trois, c’est génial !), ouvrait l’enveloppe et divulguait le nom du lauréat ou de la lauréate. Grâce à ce gain de temps appréciable, on a pu entendre la plupart des nommés, qui plus est, dans de très belles versions que les artistes avaient eu même conçues. Près d’une trentaine de chansons ou de pièces au total, ce qui m’a permis de me remettre à niveau.

Premier constat : la chanson française, que j’ai tellement aimée dans les années 50, 60 et 70, se porte plutôt bien, si j’en juge par ce que j’ai entendu.

Deuxième constat : la relève est au rendez-vous. Si l’on excepte Renaud, nommé Artiste masculin de l’année, la plupart des lauréats sont jeunes, voire très jeunes, comme Jain, la vedette de ce gala, 25 ans à peine et tenue d’adolescente, choisie Artiste féminine et dont le clip Makeba a été récompensé. Les trois filles de L.E.J. (Révélation scène) sont aussi dans la vingtaine, Kungs (Album de musiques électroniques) vient tout juste d’avoir 20 ans, et Jul (Album de musiques urbaines) en a 27. À leurs côtés, Benjamin Biolay (Album de chansons) fait presque figure de grand-père à 44 ans.

Cela dit, entre la chanson française de ma jeunesse et celle d’aujourd’hui, il y a de grandes différences. Est-ce l’influence de The Voice, toujours est-il que la voix a pris beaucoup d’importance. Les chanteurs et chanteuses à la mode ont de bien belles voix. Je pense notamment à Christophe Mae, à Claudio Capeo, à Amir et à Imany.

La musique occupe aussi beaucoup de place. Au détriment parfois du texte. Il faut dire qu’on n’entendait pas très bien les paroles. Non pas que l’acoustique était mauvaise, mais l’orchestration, soutenue par un grand orchestre soucieux de justifier son coût sans doute faramineux, prenait beaucoup de place. Mais même lorsqu’on écoute des versions moins sophistiquées sur You Tube, on s’aperçoit que le texte est parfois secondaire.

Troisième constat, et celui-là ne me réjouit pas, la chanson française est quelquefois devenue la chanson… anglaise. Je veux bien comprendre qu’Imany, par exemple, qui a passé sept ans aux États-Unis, où elle a découvert sa vocation musicale, chante en anglais. Je peux accepter à la rigueur que Jain, qui a vécu son enfance dans des pays étrangers, pousse la chansonnette en anglais. Mais j’ai bien du mal à accepter que le groupe L.E.J., que j’adore par ailleurs, et Broken Back aient choisi la langue du Brexit. Il m’est pénible aussi que certains, même s’ils chantent en français, donnent à leurs œuvres des titres anglais, comme Jul, dont le bel album de rap s’appelle My World. On se demande pourquoi.

Les temps changent, dit-on. Je veux bien. Mais c’est comme le climat, les changements ne vont pas tous dans la bonne direction.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :