Voyages, lectures, films, impressions, humeurs, la vie quoi!

Son triomphe, Federer le doit à la solidité de son revers.

Son triomphe, Federer le doit à la solidité de son revers.

Même si je connaissais déjà le résultat, j’ai regardé en entier la finale opposant Federer à Nadal, sans même rater un point. Certes, c’eût été plus excitant de la suivre en direct. Mais je ne suis pas sûr que j’aurais survécu. Il y a eu dans ce nouveau « fedal » tellement de revirements, tellement de tournants, tellement de points cruciaux qu’il aurait fallu doubler ma dose d’antiarythmiques. Et je ne suis même pas certain que ça aurait suffi, notamment au début de la cinquième manche quand ce diable de Rafa a pris le service de Roger et résisté à des tonnes de balles de bris pour s’envoler avec une avance de 3-1. Là, c’est d’antidépresseurs dont j’aurais eu besoin. Mais grâce aux vertus de l’enregistreur, ce merveilleux bidule qui permet aussi de sauter les pubs, je suis encore en vie ce soir.

Regardée en différé, j’ai adoré cette finale. Je l’ai trouvée passionnante pendant quatre manches et époustouflante au dernier set. Je me suis même pris à aimer Nadal. Si, si, je vous assure. Non seulement j’ai trouvé son jeu admirable, mais même son attitude m’a paru très correcte. Vous me direz que je serais sans doute moins élogieux s’il avait gagné. On ne peut rien vous cacher. N’empêche que j’ai apprécié à sa juste valeur sa formidable pugnacité, son remarquable coup droit et ses volées trop rares mais si habiles. À mes yeux, son excellence a rendu l’exploit de Federer (un 18e Grand Chelem tout de même) plus grand encore. Permettez-moi un instant de grandiloquence, moi qui préfère la moquerie, cette finale était épique.

Je suis évidemment très heureux de la victoire du Maestro, dont je suis passionnément la carrière depuis qu’il a battu le grand Sampras à Wimbledon en 2001. Je regrette juste de n’avoir pas cru en ses chances, mais je ne suis pas le seul. « Je me sens un peu con, m’a écrit Ray59, d’idolâtrer un joueur pendant des années, de le considérer comme le meilleur de tous les temps et de ne pas être capable de croire une seconde en sa victoire… J’étais blasé, Roger non… » J’aurais pu dire la même chose, mais j’ajoute que je suis très content de m’être fourvoyé.

Ce triomphe, le Suisse le doit notamment à son revers, souvent malmené dans ses précédents duels contre Nadal. Cette fois, non seulement ce coup a-t-il tenu, mais il lui a valu de nombreux points, en particulier à la fin du troisième set. Son coentraîneur Ivan Ljubicic, qui avait lui-même un solide revers à une main, y est peut-être pour quelque chose. Ce qui est certain, c’est que Federer sait bien s’entourer.

Un mot en terminant sur les courts de l’Open d’Australie. En 2017, on les avait rendus plus rapides, s’il faut en croire les joueurs et les commentateurs. C’est sans doute pour cette raison qu’on a pu voir du jeu plus spectaculaire qu’au cours des dernières années. Ce serait bien malheureux qu’on change la formule l’an prochain.

 

Publicités

Commentaires sur: "La si belle victoire de Federer !" (6)

  1. Comme initiation aux tournois télévisés de tennis, je vois que la chance m’a souri. Autant pour la finale féminine, tant qu’à moi, même si la finale masculine ne fut pas comparable.

  2. Ouf, moi aussi, depuis ce dimanche matin en Suisse, j’ai eu peur, en direct, pour mon pôvre petit coeur à la fin du quatrième set, ce qui fait que j’ai arrêté de regarder, il était alors l’heure du repas que nous avons pris avec ma moitié en toute tranquillité, accompagné d’un bon vin… espagnol, avec de la musique classique en léger fond sonore, je me disais qu’une fois de plus, le taureau espagnol allait passer l’épaule in extremis face au danseur suisse et que je ne voulais pas revoir cela en direct. Finalement, après un bon petit dessert en chocolat… suisse, j’ai allumé ma télévision, histoire, pensais-je alors, de voir Nadalator, à tort, brandir le trophée. Quelle ne fut pas ma surprise, alors, de voir le score: 5-3 pour Federer avec son service à suivre ! Ce dernier jeu de services fut mémorable, notamment avec ses deux balles de contre-break magistralement sauvées et, ouf, cri de joie libérateur, ce dernier point contesté à tort par Nadalator !

  3. Jean Michel a dit:

    Bonjour M., que vous avez-je largué comme pronostic/prévision/précision ? pour finalement chercher à vous faire comprendre en toute modestie que dans le sport comme dans beaucoup d’autres domaines il faut compter sur la chance et la malchance, réussite ou manque de réussite, ainsi que de nombreux autres paramètres. Mais il est normal d’entrevoir un favori logique. Bonne journée. Mich.

  4. Franchement, je ne connais aucun fan du suisse qui était confiant après la balle de match de Nadal-Dimitrov, la défaite de 2009 a laissé des traces, donc rassurez-vous, j’ai également éteint la télé après le break initial du 5e set, ça aurait été insupportable de voir Roger sombrer petit à petit devant l’entreprise de destruction nadalienne, mais Dieu existe heureusement.
    Evidemment, c’est la plus grande victoire de sa carrière et je pense qu’il va enchaîner et réaliser une grande saison, peut-être même occuper la place de numéro 1 une dernière fois s’il gagne un autre GC.

  5. 18 c’est majeur pour le Rodgeur.

    J’ai vécu le match un peu de la même manière que vous.
    Le film de la finale masculine a tourné en boucle toute la semaine au magasin.
    Situation comparable avec la fin de carrière de Sampras, ces génies du tennis savent quand il est temps de laisser la place. À 35.5 ans, Roger continue d’avancer, de grandir.

    2 trentenaires à la 7ème ronde ultime, où est la relève? Un peu en embuscade, il y avait 18 joueurs de 20 ans et moins en première ronde, très grand bond et prometteur comme un titre à la bourse de plus en plus actif. Ça annonce une hausse prochaine des résultats de certains de ces jeunes, la force du nombre.

    Fancy bear qui divulgue les dossiers piratés à l’agence mondiale anti-dopage de plusieurs athlètes. Pas du joli, mais presque complètement ignoré des médias d’ici. Assez drôle est votre allusion mélange de pilules. Je n’ai pas regardé la finale Williams, je choisirais même avant ça une reprise d’un Lance premier à la grande boucle.

    C’est toujours un grand plaisir de vous lire et en prime, c’est sur le tennis.

  6. Bien le bonjour M. Paul Roux,

    j’ai googlé votre nom pour me replonger avec nostalgie dans les archives de lapresse.ca, et voila que j’atterris ici!

    Quel plaisir de vous lire, quel plaisir de vous retrouver comme ceci, un peu moins de 2 semaines après cette Australian Open extraordinaire, et ce 18e sacre du Maître.

    Vous savez quoi? Moi aussi j’ai pêché, j’étais dégouté de l’affiche de cette finale car pas un instant je ne pouvais croire qu’il gagnerait contre son pire ennemi. J’étais résigné et j’avais fini par accepter cette espèce de malédiction qui s’abattait sur lui et ses fans depuis 2 ans, en le voyant jouer un tennis magnifique qui se terminait trop souvent par une défaite frustrante en fin de tournoi (aaaah cet US Open 2015, que ce fut dur).

    2 ans 1/2 à supporter de voir Djokovic tout rafler en ayant pour principal adversaire quasiment, le dominant qui le précède de 2 bonnes générations, aucune relève solide. Et quand enfin le boulevard se présente pour Federer, il se blesse! De retour, toujours pas de Djokovic mais bien pire encore pour lui, ce diable de Nadal qui l’attend! Malédiction que je vous dis.

    Sauf que cette fois, le miracle eut lieu, une victoire dont le scénario a conduit Federer à vaincre tous ses démons des 3 dernières années.

    I-N-C-R-O-Y-A-B-L-E.

    Je crois que j’ai encore du mal a réaliser.
    Je dois vous dire aussi que, avoir vu cette finale en direct, m’a vieilli de 10 ans!
    J’ai laissé 10 années dans ce 5e set!

    Mais ça fait plaisir, espérons d’autres belles surprises de sa part encore, en bonus.

    Au plaisir de vous relire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :