Voyages, lectures, films, impressions, humeurs, la vie quoi!

Un Trump québécois

« Un politicien populiste à la Donald Trump pourrait-il avoir du succès au Québec ? » se demandait La Presse samedi. S’il faut en croire son grand sondage Crop, c’est possible. Trump lui-même, bien sûr, ne passerait pas la rampe. Trop américain, trop bling-bling, trop misogyne sans doute. Mais une version québécoise ? Probablement ! Je me suis amusé à imaginer de quoi ce Trump québécois aurait l’air.

Ce serait un homme évidemment. Un homme blanc, il va sans dire. Autre incontournable : ce serait un francophone, qui plus est de souche. Ce qui élimine d’emblée tout Français, et encore plus tout Maghrébin. Il faudra absolument que l’accent soit de chez nous.

Il pourrait être Montréalais. Après tout, Trump, tout New-Yorkais qu’il soit, a été rejeté par les grandes villes, mais il a balayé les petites villes et les villages. Il pourrait être montréalais donc, mais pas montréaliste. Il lui faudrait tenir un discours résolument régionaliste et critiquer à la moindre occasion l’élite montréalaise. L’idéal serait qu’il soit de Québec, mais il est si difficile d’être parfait.

Un Trump québécois devrait impérativement savoir manier le juron, quitte à se forcer un peu, comme Jean-Français Lisée, qui nous a promis « un hostie de bon gouvernement ». Lancer autant de sacres que le metteur en scène Serge Denoncourt à Tout le monde en parle serait incontestablement un atout.

Alors, pourquoi pas le syndicaliste Rambo Gauthier, qui connaît bien le vocabulaire des sacristies et qui aimerait justement se lancer en politique ? Côté barbichette, ça peut aller, d’autant qu’elle ressemble à la mienne. Mais il me paraît un peu rustre. Les Québécois aiment que les gens qui les représentent aient de classe quand même. Un Trump québécois devra donc être bien habillé, mais pas trop. Pas chic comme Bernard Cazeneuve, le nouveau premier ministre français, par exemple. L’idéal chez nous, c’est le costard sans cravate, le look décontracté.

Un populiste à la québécoise ne devra pas avoir l’air trop riche non plus. Certes, le PQ a déjà choisi Pierre-Karl Péladeau, qui voulait faire profiter le Québec de ses succès en affaires. Mais un Trump québécois ne pourrait étaler sa richesse de façon aussi ostentatoire que le Trump première pression. Ce serait terriblement mal vu dans une province où l’on se méfie de la fortune.

Il sera assurément favorable à une réduction de l’immigration, en particulier musulmane. C’est qu’il ne faut pas se laisser envahir. Aussi se montrera-t-il méfiant à l’égard des musulmans et hostile aux femmes voilées, fussent-elles couvertes d’un simple foulard. Mais il saura le faire au nom de la laïcité et de l’égalité hommes-femmes. Il aura des principes après tout !

Il se montrera critique à l’égard des accommodements raisonnables, lesquels, s’il faut en croire notre Rambo, « sont en train de tuer notre province ». « C’est épeurant pour les gens des régions, ce qui se passe en ville, a-t-il dit à La Presse. On ne sait pas trop si c’est bon ou pas bon. Mais c’est effrayant pour nous autres. On n’en veut pas nous autres. » Selon le chroniqueur du Journal de Montréal, Mathieu Bock-Côté, un des penseurs du repli identitaire, Rambo n’exprime que « la peur de perdre son identité et de devenir étranger dans son propre pays».

Quel parti ralliera notre politicien populiste ? On peut déjà exclure, bien qu’ils soient très différents, le Parti libéral et Québec solidaire. Reste le PQ et la CAQ. Les paris sont ouverts.

Pourrait-il être élu ? Avant le Brexit et les dernières élections américaines, j’aurais dit non. Mais je n’exclus plus qu’un populiste puisse devenir premier ministre du Québec. Je crois cependant qu’un Trump à la ceinture fléchée ne pourrait dériver jusqu’à l’extrême droite, société distincte oblige. L’extrémisme, on ne s’en plaindra pas, ne fait pas partie de l’ADN de la Belle Province.

Publicités

Commentaires sur: "Un Trump québécois" (3)

  1. Vous êtes impayable.Que Dieu nous préseve d’un Trump québécois. Un seul suffit en Amérique du Nord.Bonne journée Paul.

  2. Essentiellement, il me semble, il doit pouvoir lancer des faussetés sachant qu’elles le sont, tout en expliquant qu’elles deviendront inévitablement des vérités.

    Dans cette optique, le gouvernement actuel est sans doute sur la bonne voie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :