Voyages, lectures, films, impressions, humeurs, la vie quoi!

Nous avons adoré Paris

Au bassin de La Villette.

Au bassin de La Villette.

Ce n’est pas sans un pincement au cœur que nous avons repris l’avion après un mois merveilleux dans la capitale française. Le départ était d’autant moins tentant que le soleil était omniprésent et que le mercure marquait dix bons degrés de plus qu’à Montréal. Heureusement qu’il y a plein de gens que l’on aime chez nous. Sinon, l’idée même du retour aurait été pénible.

À Paris, ai-je écrit à une de mes sœurs, presque tout est tellement mieux! Bon, je viens de ruiner mes chances de recevoir l’Ordre national du Québec. Mais elles étaient bien minces, alors allons-y franchement.

Prenons la vie culturelle : il n’y a pas de commune mesure. Cinéma, théâtre, musique, arts visuels, tout est plus abondant. Même la télé est de meilleure qualité. Chaque jour, nous avons suivi avec plaisir les bulletins d’information, chose que nous ne faisons plus chez nous tant le bulletin de Radio-Canada nous insupporte. L’excellence des émissions d’enquête est étonnante. En prime sur les chaînes publiques, les émissions ne sont jamais interrompues par des pubs, même lorsqu’il s’agit de variétés et qu’elles durent des heures comme Le plus grand cabaret du monde, Taratata ou On n’est pas couché. Ça donne à ces émissions un rythme d’enfer qu’elles n’ont pas quand elles passent à TV5 truffées d’annonces.

On peut parcourir le canal Saint-Martin en bateau.

On peut parcourir le canal Saint-Martin en bateau.

Côté alimentation, même supériorité. Au cours des dernières années, nous avons rattrapé, il est vrai, une partie de notre retard en la matière. Mais dans la métropole française, c’est le rêve! Les épiceries sont moins grandes que nos hypermarchés, mais elles sont plus nombreuses et la qualité souvent meilleure, notamment du côté du bio. Il y a plus de marchés, plus de boulangeries, plus de boucheries, plus de fromageries, plus de restaurants, plus de bistros, plus de cafés.

Quant à la beauté architecturale, la Ville lumière et la Ville aux mille chantiers ne font pas partie de la même ligue. On a passé le mois à se dire : «Que c’est beau!»

Je pourrais longuement vous détailler toutes les activités que nous avons particulièrement aimées. Mais ce que nous avons aimé le plus, c’est Paris même. C’est une ville tellement vivante, tellement habitée. Tout le contraire de ces cités américaines où, le soir venu, on roule les trottoirs dès que les banlieusards sont retournés dans leurs dortoirs. À Paris, même les soirs de semaine sont animés. Restaurants, terrasses, théâtres, cinémas, trottoirs, il y a du monde partout.

Vue arrière de Notre-Dame de Paris.

Vue arrière de Notre-Dame de Paris.

Je crois que les Parisiens aiment leur ville. Ils ne vous le diront sans doute pas, car il n’est pas dans leur ADN d’admettre que les choses vont bien. Ils vous souligneront plus volontiers, et avec moult détails, tout ce qui cloche. Mais quand on les observe, il est évident qu’ils savent habiter cette cité aux mille facettes et aux mille plaisirs.

Des aspects moins reluisants?

Mais un râleur de mon espèce, direz-vous, a sans doute relevé quelques aspects déplaisants. Il y en a, bien sûr. À commencer par les Parisiens. Mais non, c’est une blague. Ils sont charmants. Si, si, venez voir si vous ne me croyez pas. Il y a cinq ans déjà, j’avais écrit : «Oubliez l’image du Parisien ronchon. C’est une espèce en voie de disparition.» Les gens font preuve aujourd’hui d’une grande gentillesse. L’amabilité des jeunes, en particulier, nous a beaucoup frappés tout au long de ce séjour. On aurait parfois envie de les embrasser tellement ils sont adorables.

Une fois que les Parisiens sont au volant, par contre, ça se gâte. Déjà en 2011, j’avais noté que les gens étaient affables, polis et gentils. «Mais au volant, ajoutais-je, ils retrouvent vite leurs mauvaises habitudes, alternant coups de klaxon et coups de gueule. Les pires sont les motocyclistes, qui n’hésitent pas à monter sur les trottoirs et qui parfois n’hésitent pas à foncer sur les piétons.»

Le célèbre Café de Flore à Saint-Germain-des-Prés.

Le célèbre Café de Flore à Saint-Germain-des-Prés.

Toutefois ces problèmes, il faut bien le dire, ne sont pas typiquement parisiens. Un peu partout dans le monde, il y a aujourd’hui trop de véhicules. J’en ai souvent parlé lors de notre dernier voyage en Floride. L’auto, c’est le cancer des villes. Un cancer virulent, qui casse les oreilles et irrite les bronches. Mais je m’arrête ; vous allez dire que je radote. Que voulez-vous, c’est mon dada!

En revanche, les trottinettes constituent un phénomène qui me paraît en bonne partie parisien. Bien entendu, on en voit ailleurs. À Montréal, par exemple, mais en petit nombre. À Paris, c’est une armada qui envahit les trottoirs. On voit même des adultes filer à travers la foule dense sur ces petits véhicules. Quant aux enfants, une bonne partie ne sort pas de la maison sans sa trottinette. Les plus dangereux sont les plus jeunes, qui maîtrisent mal leur bolide. Gare aux tibias ou aux talons! Mais ce n’est pas un fléau, bien entendu ; juste une curiosité plutôt amusante.

Bref, malgré le trafic trop lourd, le bruit parfois envahissant et l’air pollué, nous avons passé un merveilleux mois à Paris. J’ai tellement aimé notre séjour qu’en partant, j’ai demandé à la proprio si l’appartement était libre pour deux mois l’an prochain.

Libérées des autos, les berges de la Seine sont très fréquentées.

Libérées des autos, les berges de la Seine sont très fréquentées.

Publicités

Commentaires sur: "Nous avons adoré Paris" (2)

  1. Jean-Guy Roy a dit:

    On avait émis l’hypothèse d’étirer notre voyage de juin prochain à Paris pour y passer au moins une semaine. Je pense que tu viens de nous convaincre. On ne peut se lasser d’une telle ville. Bon retour. Consolez-vous en pensant à votre prochain voyage…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :