Voyages, lectures, films, impressions, humeurs, la vie quoi!

blogue1

«Un mois à Paris, c’est pas un peu long?» m’a dit un ami avant notre départ. Pour visiter la Ville lumière en touriste, sans doute. Pour aller voir la tour Eiffel, la cathédrale Notre-Dame, les Invalides, la Madeleine, l’Opéra, le Louvre, quelques jours suffisent. C’est ce que font d’ailleurs la plupart des visiteurs. Mais pour vivre dans cette magnifique ville, que beaucoup considèrent comme la plus belle du monde, un mois, c’est peu. En fait, nous savons déjà que nous allons manquer de temps.

Prenez juste le cinéma. Il y a quelques jours, au seul MK2, près de la bibliothèque Mitterrand, nous avons hésité entre sept films. Eh oui sept! Ils n’étaient pas tous des chefs-d’œuvre, tant s’en faut. N’empêche qu’au moins sept nous attiraient. Dire qu’il y a des semaines à Montréal où l’on se demande s’il y a un film à voir. Ce lundi-là, nous sommes allés en voir deux, ce qui portait à six le nombre de films visionnés depuis que nous sommes en France. Et deux jours plus tard, c’était l’arrivée très attendue du nouveau film de Nicole Garcia, Mal de pierres, avec Marion Cotillard, du nouvel opus des frères Dardenne, La fille inconnue, et de L’odyssée, un biopic, comme on dit ici, sur le commandant Cousteau. (Nous l’avons vu dès sa sortie. Il est plutôt classique, voire conventionnel.)

Rien d’étonnant à cela. Paris, c’est la ville du cinéma. On peut y voir, bien entendu, tous les films français, alors qu’une petite partie seulement trouve son chemin jusque chez nous. On peut aussi y voir une bonne partie des films américains, et qui plus est, en version originale sous-titrée et non dans un affreux doublage. Et on peut y voir des œuvres d’un peu partout dans le monde, y compris du Québec. On a l’impression de se retrouver tous les jours en plein festival.

blogue3Dans la revue Pariscop, le théâtre couvre des pages et des pages. Lise et moi ne sommes pas très amateurs, mais à Paris on se laisse toujours tenter par au moins une pièce. Cette année, nous avons opté pour Croque Monsieur, parce que nous avions envie de voir Fanny Ardant. C’est du vaudeville. Mais il n’y a pas de meilleur endroit pour voir du théâtre de boulevard que sur les grands boulevards de Paris. C’est léger, évidemment, mais c’est si bien joué. On est sortis de là le cœur léger. La semaine prochaine, nous verrons Acting. Le titre est à chier, mais on dit beaucoup de bien de cette pièce qui met en vedette Niels Arestrup et Kad Merad.

Côté expositions, alors là, c’est la débauche. Vous ne savez pas où donner de la tête et des yeux. Déjà, nous sommes allés voir Rembrandt intime au musée Jacquemart (il y avait tellement de monde qu’on avait parfois du mal à voir les tableaux) et une exposition sur Hergé au Grand Palais (qui m’a donné le goût de revisiter les albums de Tintin). D’ici la fin du mois, nous comptons visiter le musée Picasso, le musée d’Orsay et peut-être le musée Pompidou, où se tient une exposition sur Magritte.

La mairie de Paris a redonné à ses citoyens les rives de la Seine que Pompidou avait données aux automobilistes. Ici, par un beau dimanche ensoleillé, des gens dansent le tango.

La mairie de Paris a redonné à ses citoyens les rives de la Seine que Pompidou avait données aux automobilistes. Ici, par un beau dimanche ensoleillé, des gens dansent le tango.

Côté musique, là aussi on est gâté. Nous avons déjà nos billets pour Lucia di Lammermoor, de Donizetti, à l’opéra Bastille. Je suis déjà tout ému juste à l’idée d’aller voir ce chef-d’œuvre.

Nos amis veulent nous amener dans la forêt de Fontainebleau. Nous voulons retourner au canal Saint-Martin et au jardin du Luxembourg. Nous songions aussi à nous rendre à Versailles, où nous ne sommes encore jamais allés, mais je crains que nous manquions de temps. Alors oui, il nous faudra revenir. Mais ce n’est pas une calamité, évidemment. Il faut admettre qu’il y a de pires destins.

Font-ils pipi?

Je viens de vous vanter le cinéma à Paris. Mais il y a un aspect qui, lui, est moins sympa. Souvent à la fin des représentations, on ne peut ressortir par la porte d’entrée. On vous force à repartir par la sortie arrière, laquelle vous mène dans un dédale d’escaliers et de couloirs, pas toujours très propre et rarement très accueillant), dédale qui vous conduit à l’extérieur du bâtiment. Si vous avez envie de pipi, tant pis pis pour vous. Il vous faudra trouver un autre lieu, ce qui n’est pas nécessairement évident. Les Parisiens doivent avoir une sacrée bonne vessie, car les endroits où se soulager ne sont pas légion. Et si vous avez le malheur d’être claustrophobe, le choix se réduit comme une peau de chagrin.

Il faut admettre que la qualité des W.C. s’est grandement améliorée depuis mon premier voyage en France. La première fois où j’ai demandé les toilettes, c’était en 1969 sur la route menant de Paris à Dinard. Le patron du café m’avait montré la bécosse dans la cour arrière. Pas très tentant. C’était l’époque de ce que les Québécois appelaient les «maudites toilettes à pédales». Depuis, soyons honnête, les toilettes françaises se sont nettement rafraîchies. Il arrive même qu’elles soient d’une modernité et d’un luxe à nous faire pâlir d’envie.

Encore faut-il les trouver!

blogue2

Publicités

Commentaires sur: "Un mois à Paris, c’est court" (2)

  1. Oh! Alors! Ton niveau de culture est d’une coche supérieur au mien. Bon, d’accord! On s’entend pour deux coches?
    J’ai été abonné à l’Opéra de Montréal (pas longtemps, mais quand même). Et je n’ai jamais entendu parler de ton opéra, là…

    Au moins je connais Fanny Ardant. Elle jouait pas dans un petit truc érotique? Bon, passons.

    J’ai publié mon billet sur mon passage au Portugal. Si tu cherches quelque chose à lire entre deux de sorties haut de gamme, ben voilà…

    Ciao!

    PS Je crois qu’en cliquant sur mon nom, ça t’y conduit.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :