Voyages, lectures, films, impressions, humeurs, la vie quoi!

Le jardin de Reuilly dans le 12e arrondissement.

Le jardin de Reuilly dans le 12e arrondissement.

Passer de Lyon à Paris, c’est un peu comme passer de Québec à Montréal. Lyon, c’est une ville coquette, majoritairement blanche, homogène et très «de souche». Paris, c’est plutôt la Société des Nations. Dès que nous sommes sortis de la gare, nous avons vu la différence ; il suffit de marcher sur quelques centaines de mètres pour le constater. C’est très bigarré, très multiethnique. Aux Parisiens de toujours sont venus se greffer des gens d’un peu partout dans le monde, notamment des anciennes colonies.

Dans le 12e arrondissement, les Africains sont nombreux. On le voit, bien sûr, à la couleur de leur peau, mais également à leurs vêtements ; nombreux sont les femmes et les hommes à porter fièrement le boubou traditionnel. Dans le café où nous nous sommes arrêtés, trois hommes discutaient dans un dialecte, habillés comme s’ils avaient été à Dakar ou à Abidjan.

Un bel immeuble le long de la Coulée verte.

Un bel immeuble le long de la Coulée verte.

Je ne veux pas faire de politique dans ces carnets de voyage, mais il me semble qu’en matière d’intégration, ces gens-là sont plus éloignés des valeurs dites françaises ou québécoises que ces jeunes femmes sexy et maquillées qui portent le voile. Mais le boubou n’étant pas un symbole religieux, on le remarque peu sans doute. Il faut dire aussi que, contrairement au niqab, on ne peut pas y cacher de bombe. C’est É-Lisée-Moi qui serait content. Pour ma part, je me sens tout à fait à l’aise dans cette diversité hétéroclite, contrastée et éclectique, où chacun fait ce qu’il veut dans le respect des autres.

Nous sommes venus dans ce quartier, comme en 2013, parce qu’on y trouve la célèbre Coulée verte, où Lise peut aller courir le matin. Grâce à cette promenade plantée sur une ancienne voie ferrée, on peut partir de la Bastille et se rendre jusqu’au bois de Vincennes, une distance de quatre kilomètres et demi.

Dans le 12e, des immeubles plus anciens cohabitent avec des habitations plus modernes.

Dans le 12e, des immeubles plus anciens cohabitent avec des habitations plus modernes.

Le 12e n’est pas non plus un quartier touristique. Ici, comme je soulignais alors, pas de bus bondés de Chinois ou d’Indiens venus du bout du monde pour voir la tour Eiffel ou le Louvre. Ici, il n’y a pas de grands monuments. Que de vrais Parisiens qui vivent une vie de quartier. Ça donne un voisinage plutôt sympa et tranquille. Ce qui me frappe aussi cette année, c’est l’abondance des commerces de proximité. On trouve de tout, tout autour : épiceries de toutes sortes et de toutes tailles, boulangeries, boucheries, marchés publics, cafés, restaurants, bars et boutiques variées.

Le 12e n’est pas un bel arrondissement comme peuvent l’être, par exemple, le 6e, le 7e, le 8e ou le 16e, beaucoup plus riches et très grande bourgeoisie. Mais il n’est pas pour autant sans charme. On y trouve de jolis immeubles, même s’ils ne sont pas aussi luxueux. Les plus anciens sont souvent bien entretenus, mais pas tous. Ils alternent avec des habitations plus modernes, parfois réussies, parfois ratées. C’est très diversifié, comme la population.

Notre appartement de la rue Montgallet est très coquet.

Notre appartement de la rue Montgallet est très coquet.

Notre appartement de la rue Montgallet est très coquet. Rien à voir avec le logement laid que nous avions loué il y a trois ans. Il était de surcroît situé dans une rue elle aussi moche, la rue du Charolais, que j’avais rebaptisé, si vous vous en souvenez, le rue du Charognard. Je crois bien que c’était la rue la plus affreuse du 12e arrondissement. À l’époque, nous nous étions amenés à Paris à la fin d’un voyage de quatre mois et demi. Aussi avions-nous voulu économiser. Nous n’avons pas répété la même erreur cette année. Notre appartement, au cinquième étage d’un bel immeuble, est aménagé avec beaucoup de goût. Nous nous y sentons très bien. Le mois d’octobre devrait y passer très vite. Trop vite sans doute.

Nous sommes très enthousiasmés de revoir Paris. Je n’en suis pas, pour ma part, étonné ; j’en rêvais depuis quelques années déjà. Mais Lise, qui y est venue surtout pour me faire plaisir, «à condition que nous nous arrêtions à Lyon d’abord», est plus excitée encore. Nous avons eu l’impression, l’un et l’autre, de revenir chez nous. Nous nous promenons en nous répétant ce que disait Yann Moix à la dernière édition de On n’est pas couché : «Les Français vivent au ciel, mais ils croient qu’ils sont en enfer.» Mais nous, on ne s’y trompe pas.

Lise vous fait ses amitiés. Je vous embrasse. À bientôt !

La Coulée verte, où Lise peut aller courir le matin, est une promenade plantée sur une ancienne voie ferrée. Elle permet de se rendre de la Bastille jusqu’au bois de Vincennes, une distance de quatre kilomètres et demi.

La Coulée verte, où Lise peut aller courir le matin, est une promenade plantée sur une ancienne voie ferrée. Elle permet de se rendre de la Bastille jusqu’au bois de Vincennes, une distance de quatre kilomètres et demi.

 

Publicités

Commentaires sur: "De Lyon à Paris : un autre monde" (5)

  1. Paris toujours! Une des villes ou la beaute est a tous les coins de rue et ou l’offre culturel est en abondance… a faire comme vous un jour! ❤️

  2. Bonjour Paul! Votre appartement à Paris est celui d’une connaissance? Ou loué sur AirBnB peut-être? Il semble charmant… 🙂

    • Nous avons loué l’appartement par Homelidays, un site de location dont nous nous servons depuis plusieurs années et dont nous sommes satisfaits. Le logement précédent loué à Paris était, il est vrai, quelconque. Mais il était peu cher et nous en avions eu, si je puis dire, pour notre argent.
      Quand on reste un certain temps, disons un mois, il est possible de négocier le prix à la baisse. Dans le cas présent, par exemple, nous avons obtenu un rabais de 300 euros.

  3. Lionel Meney a dit:

    C’est bien le 12e, mais ne ratez pas quand même le plaisir de se promener dans les beaux quartiers. Seulement il faut y aller tôt le matin après le passage des balayeuses et avant l’arrivée de la foule Je vous conseille le jardin du Luxembourg dès l’ouverture par un jour de beau temps. Actuellement il y a à Paris plusieurs expositions de peintures très intéressantes, dont celle du collectionneur russe Chtchoukine. Voir Expositions dans Pariscope. Bon séjour!

    • Un grand merci pour vos suggestions. Je parlerai bientôt de tout ce qu’il y a à voir à Paris. Soit dit en passant, j’adore le jardin du Luxembourg.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :