Voyages, lectures, films, impressions, humeurs, la vie quoi!

Pendant notre séjour de trois mois au royaume des snowbirds, on n’a cessé de nous dire que l’hiver était facile cette année chez nous. C’était sans doute vrai, mais depuis notre retour rien n’est plus faux. Nous étions à peine sortis de notre Grande bleue qu’une vague de froid, la première de l’année, s’abattait sur le Québec. Passer brusquement de plus 20 à moins 25 degrés Celsius a constitué une initiation assez brutale à l’hiver québécois.

Depuis, nous avons connu d’autres grands froids, mais aussi de la neige, de la pluie, du grésil et du verglas. Bref, depuis notre arrivée, nous avons eu droit à tout ce qu’on déteste l’hiver : le froid, bien sûr, mais aussi les trottoirs givrés, la sloche au coin des rues, l’humidité qui nous transit, les vents polaires qui s’engouffrent entre les gratte-ciel et trouvent des failles dans nos vêtements. À quelques reprises, quelques minutes après avoir mis le nez dehors, on s’est dit que la course que nous avions projetée, après tout, pouvait attendre. Un jour, c’était à cause du froid; le lendemain, de la pluie; le surlendemain, du froid encore. Rien pour nous réconcilier avec l’hiver quoi!

Pendant ce temps, des amis très chers se prélassent en Floride, d’où ils nous envoient des courriels chaleureux. Un peu plus et on partait les rejoindre. Mais non, on résiste bravement à l’envie et à la nostalgie. Le Sunshine State nous avait ennuyés, alors pas question de s’en ennuyer. De plus, notre retour en catastrophe, par suite d’un ennui mécanique, a eu un dénouement heureux, comme vous le savez déjà. Hier nous sommes ressortis de chez Horizon Lussier, où nous avions conduit notre Grande bleue pour la faire réparer, avec un gros chèque. Nul besoin d’entreprendre des démarches compliquées pour vendre notre autocaravane. C’est fait! Nous pouvons maintenant, le cœur léger, passer à une autre étape de notre vie.

Nous ne savons pas encore exactement de quoi elle sera faite, sinon que nous passerons plus de temps à Montréal, où nous avons peu vécu depuis cinq ans. Nous savons aussi que notre vie redeviendra plus culturelle. C’est d’ailleurs déjà commencé. Ainsi samedi dernier, nous sommes allés entendre des cantates de Bach à la salle Bourgie du Musée des Beaux-Arts. Par moments, nous avions l’impression d’être au paradis. Puis, à la suite des Césars et des Oscars, où nous n’avions pratiquement rien vu des films nommés, nous avons entrepris un blitz de cinéma.

J’ai aussi commencé à écrire un roman. Le matin, après la lecture de La Presse+, devenue une drogue, et ma séance de yoga, à laquelle je me contrains un peu, je m’attelle à l’écriture. Mais je ne suis pas encore très discipliné. C’est sans doute parce que je peine encore à trouver le ton juste. Je ne vous en dis pas davantage, car je ne suis pas très avancé. Ce que je peux vous dire pour l’heure, c’est que le défi me paraît considérable.

Il faut dire que j’ai toujours eu du mal avec les œuvres de longue haleine. Je suis plus un sprinter qu’un marathonien. Ce que j’adorais pendant mes 45 années de journalisme, c’était le défi quotidien de l’heure de tombée. Le résultat était parfois bon, parfois mauvais. Mais peu importe, on effaçait tout et on recommençait le lendemain.

C’est pourquoi je continuerai à nourrir ce blogue. J’aime bien les carnets. C’est un genre que je maîtrise et qui me donne bien du plaisir. J’adore aussi leur côté interactif. Les réactions, les commentaires, c’est un peu, je suppose, comme les applaudissements pour un artiste de scène. Ça me stimule, me réconforte, m’encourage, me requinque.

Soit dit en passant, ces chroniques, consacrées jusqu’ici presque exclusivement aux voyages, deviendront plutôt des chroniques de voyage intérieur. Si vous les aimez, n’hésitez pas à les faire connaître autour de vous. Je n’aspire pas, bien entendu, aux milliers de lecteurs qui me suivaient sur le blogue de tennis. Les carnets de Paul, c’est un genre plus intime. Mais si les happy few deviennent plus nombreux, j’en serai ravi.

Publicités

Commentaires sur: "Un hiver facile, qu’ils disaient" (8)

  1. louise.pregent@videotron.ca a dit:

    Dès ton premier écrit en Suisse, mai 2007, la mauvaise température, hors de l’habitude, t’a suivi comme la poisse jusqu’à maintenant. Je pense qu’elle t’a souvent inspirée pour la rédaction de tes carnets. Trop de beau temps couperait peut-être ton inspiration?…  » Là où tu iras, j’irai, disait le mauvais temps à l’itinérant… » pourrait être la première ligne de ton roman.

  2. Je t’envie l’environnement culturel, mais les soirées douces et chaudes du sud de la Floride, après avoir écouté le bulletin météo de Montréal, me réconcilient avec mon exil.

    Heureux de te voir reprendre le carnet si tôt. Voyage intérieur? Ça me convient tout autant. J’en suis.

  3. Gérald Nantel a dit:

    Je suis content de pouvoir vous lire à nouveau et votre voyage intérieur a toujour été présent dans vos carnet je vais vous lire avec plaisir bonne continuité

  4. Gérald Nantel a dit:

    Je suis content de vous lire à nouveau dans vos carnet il a toujour un côté voyage intérieur je vais vous suivre dans vos nouvelle aventure avec plaisir

  5. legrandnormand a dit:

    Merci, je vais assurément continuer de vous lire.
    Bonne fin de journée

  6. Du temps où vous parliez tennis, je ne vous lisais pas, mais maintenant: caravaning, écriture (roman ou blogue), culture sont autant de sujets qui m’interpellent, il est certain que votre blogue est dans mon agrégateur. Et c’est avec plaisir que je vais vous suivre.

  7. Daniel Rheault a dit:

    Cher Paul, d’ici la publication de ton roman, je prendrai mon mal en patience en demeurant un lecteur fidèle de tes carnets. Bons voyages.

  8. Jean-Guy Roy a dit:

    Paul, très en retard pour lire te chronique de la semaine dernière. Très heureux, ma blonde moi, que tu continues. On te suit et ça nous fait du bien. Sommes certains que le meilleur est peut-être à venir…Et pourquoi pas, un roman.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :