Voyages, lectures, films, impressions, humeurs, la vie quoi!

Enfin aux Keys !

keys - soleil

Dès que nous avons quitté Miami, nous nous sommes sentis, Lise et moi, tout légers. Un peu plus et ma douce moitié s’envolait. Il faut dire aussi qu’il ventait fort et qu’elle faisait moins de 50 kilos toute habillée la dernière fois qu’elle a grimpé sur un pèse-personne. Je n’ai pourtant pas cessé de la nourrir pour compenser la dégringolade du dollar canadien, je vous jure. Elle a droit à sa ration quotidienne et même davantage. Mais rien n’y fait.

De mon côté, j’ai toujours un petit bedon qui me retient au sol. J’ai beau le rentrer sur les photos, Lise n’est pas dupe. Heureusement, le camping est rempli d’Américains gigantesques qui font deux fois mon poids. Chaque fois que j’en croise un, je fais remarquer à ma compagne l’énormité de son gabarit. Je n’ai pas réussi pour autant à lui faire oublier ma propre panse. Mais je n’ai pas tout perdu puisqu’elle m’a rebaptisé «le plus petit des gros maris».

keys - paulNous nous sentions tout légers, disais-je. C’est que nous avons détesté Miami malgré les gens vraiment adorables que nous avons connus au Larry and Penny Thompson Park. Nous sommes injustes sans doute. La métropole de la Floride mérite mieux que le mauvais souvenir que nous en avons gardé. Mais le caravaning n’est pas la meilleure façon de la visiter. La dernière fois que nous y avons circulé avec La grande bleue, nous devions nous rendre à destination en 45 minutes, foi de GPS. Il nous a finalement fallu plus d’une heure trente.

Il y avait eu un accident et quand il y a un accident dans ce pays on prend les choses au sérieux. En quelques minutes, cinq ou six voitures de patrouille s’amènent, suivies des pompiers, du médecin, des secouristes et même des cols bleus (pour le nettoyage). Je suis sûr que si l’armée n’était pas à ce point occupée en Syrie on ferait aussi appel à ses services. Les sirènes hurlent si fort qu’on pourrait croire que l’EI vient d’attaquer ou qu’une nouvelle fusillade vient d’éclater. Mais non, il ne s’agit d’un simple accrochage entre deux zozos qui conduisaient le cellulaire à la main. Le déploiement est tel que la scène se transforme rapidement en un joyeux bordel. Bientôt tout est bloqué, la circulation est détournée et il faut prendre son mal en patience. Cela dit, même en temps normal, circuler à Miami est un cauchemar.

keys - bleuVivement donc les Keys, où tout d’un coup on s’est mis à respirer mieux. On a d’abord abouti au John Pennekamp Coral Reef State Park, un très bel endroit, un peu marécageux toutefois, où nous avons été accueillis par une armée de moustiques. Heureusement pour moi, les bestioles préféraient Lise, elles aussi. Elle s’est grattée toute la nuit. La popularité a un prix.

Le lendemain, nous nous sommes installés pour deux semaines au Jolly Roger, un camping privé pas mal du tout, près de Marathon. La plus belle qualité de ce terrain, c’est qu’il donne sur la mer. On peut d’ailleurs s’y baigner tout au bout, mais étant mauvais nageur, j’ai préféré la piscine.

Je ne suis pas le seul d’ailleurs. Chaque jour, les vacanciers s’agglutinaient tout autour, à tel point que les chaises longues étaient en nombre insuffisant. Dès qu’on libérait un transat, quelqu’un se précipitait pour s’en emparer. Il faut dire que la fin de décembre a été chaude dans les Keys. Chaque jour, le mercure a grimpé jusqu’à 28-29 degrés à l’ombre, une température estivale, rendant la piscine aussi agréable qu’indispensable.

Autre complainte : il y avait souvent au bord de la piscine un crétin, voire deux, qui nous faisait entendre sa musique, pas à tue-tête, je dois en convenir, mais assez fort pour qu’on l’entende. Ils ont tout dans ce pays, sauf apparemment des écouteurs. Le choix musical, vous vous en doutez, était rarement le mien. Mais aurait-on fait jouer le divin Mozart que je n’aurais pas été vraiment content. Quand je veux écouter de la musique, j’apporte mon iPod et j’y branche un casque d’écoute.

Réchauffement climatique

keys - ibisLes Keys dépassent le niveau de la mer de quelques pieds seulement. Si le niveau des océans continue à grimper, ne serait-ce que de deux petits mètres, ces îles seront englouties. Obama a récemment approuvé le grand accord de Paris sur le réchauffement climatique. On l’en félicite. Mais on ne peut pas dire, en se promenant sur les campings, que les Américains en paraissent très conscients.

Je pourrais vous en donner un millier d’exemples. Je m’en tiendrai à celui, tout petit pourtant, qui m’a scié les jambes. On voit de plus en plus d’enfants conduire des motos, des voiturettes ou des trottinettes électriques. À un âge où ils devraient marcher, courir ou rouler à vélo pour former leur musculature, ils se déplacent sans effort grâce à des gadgets coûteux dont les batteries finiront tôt ou tard, et plutôt tôt que tard, par polluer les poubelles. Leurs parents doivent voter pour les représentants du Tea Party, ces climatosceptiques qui comptent sur Dieu pour ramener vers le bas son gros thermostat.

Lise vous fait ses amitiés. On se revoit samedi prochain au Naples Sun Resort, où nous venons tout juste d’arriver.

keys - pelicans

P.-S. Vous pouvez laisser un commentaire ci-dessous ou m’écrire à paul.roux@live.ca. Je n’ai pas toujours le temps de répondre, mais je prends toujours le temps de vous lire.

Publicités

Commentaires sur: "Enfin aux Keys !" (12)

  1. louise.pregent@videotron.ca a dit:

    Paul, tu devrais penser écrire ton livre sur ce ton humoristique, tu es très drôle. Nous avons survécu au temps des fêtes et aux réceptions. Vous nous manquez. J’espère que Lise a célébré son anniversaire agréablement. Passez une bonne journée .

  2. Bien que nous préfèrerions le SOCAL, le sud de la Californie ainsi que l’Arizona, sur la côte est le Larry and Penny Thompson Park est sûrement l’un des rapports qualité/prix les plus intéressants. Ce n’est pas nécessairement Miami qui fait l’attrait, mais la proximité des Everglades, dont l’entrée est à dix minutes, les Keys à quarante minutes et le quartier Art Déco, aussi à quarante minutes, oui : parfois c’est quatre-vingt minutes. Le type de véhicule qu’on utilise influence sûrement le genre d’expérience qu’on a aussi, je suppose.

    Par contre, au risque de me répéter, vive le SO des ÉU.

    • Même si nous n’avons pas aimé Miami, nous gardons de vous deux, Marie-Paule et toi, un souvenir très chaleureux. Au plaisir de vous revoir.

  3. Oui, pareillement, Paul. Et je ne pensais pas le contraire en écrivant mon commentaire. Tu te connais: un peu râleur… Alors je tentais de faire le contre-poids. J’avoue que je ne raffole pas de la Floride en général, moi-même. Le niveau d’agressivité y est un peu plus élevé qu’ailleurs, même qu’à New York, possiblement. Les prix sont trop élevés. Mais il faut dire que la température l’hiver, très au sud, y est la plus élevée aux ÉU continentales. Et c’est plus près de chez-nous que Anza-Borrego ou San Diego. Même Yuma.

    Ceci dit, je me demande si bientôt le motorisé ne sera pas mis au rancart au profit d’un pied-à-terre au centre-ville de Montréal avec une ou deux escapades hivernales en Italie et aux Caraïbes. Les étés, comme tu sais, se passent au Bas Saint-Laurent pour nous. Ce serait une autre façon de composer avec nos hivers. Mais peut-être pas tout de suite…

    • Nous aussi, nous réfléchissons à notre avenir de caravaniers. Deux hypothèses sont sur la table. Un : nous vendons La grande bleue et nous allons passer les mois de mars, avril et mai en France et en Italie. Deux : nous conservons notre autocaravane pour aller passer le début de l’hiver au chaud chez l’Oncle Sam et nous gardons un mois pour l’Europe. Nous devrions prendre une décision d’ici notre retour au Québec.

      • Hum… je n’avais pas envisagé la deuxième option: mi-figue, mi-raisin, ou encore: le beurre et le pain du beurre. 😉

        Peut-être même laisser le VR en storage une partie de l’hiver dans le sud…

        Déjà, nous, on combine les deux, comme tu sais. Mais je voudrais revoir la stratégie, pour l’améliorer. Surtout que pour moi, Montréal est l’une de mes trois villes préférées, après Paris et New York. Mieux que Londres en ce qui me concerne.

        Bon, encore plus de réflexion sur la planche de travail… et des calculs à faire.

  4. Diana,Jean a dit:

    Le mercredi matin il y a un marché très intéressant á Marco Island..c’est très animé!,
    Et Naples a un marché le samedi,et parfois des marchés ‘d’art..
    On aime beaucoup cette ville,et la région..Bon séjour.
    Diana,Jean💑

  5. Pierre Tremblay a dit:

    Bonjour,

    Nous vous souhaitons une belle et heureuse année 2016, de découvertes et voyages.
    Nous allons en 2016 tenter l’expérience de faire l’échange de notre motorisé avec un couple français. Si c’est concluant, nous aurons le meilleur des deux mondes, voyager sur le continent américain avec notre motorisé et le faire dans d’autres pays en échangeant notre véhicule.

    Au plaisir de vous lire.

    Pierre et Diane

    PS: Si sur votre retour vous avez l’idée de visiter la ville de Philadelphie j’ai trouvé sur le net ce site http://www.rvparkreviews.com/regions/pennsylvania/philadelphia/campus-park-ride .

  6. Paul,
    Si tu suis cette piste très intéressante de l’échange de VR, svp tiens-nous informés nous aussi.

  7. Pierre Tremblay a dit:

    Pour vous donner une aperçue, consulter le site http://www.photoperro.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :