Voyages, lectures, films, impressions, humeurs, la vie quoi!

Il faut s’aventurer dans les sentiers balisés du parc pour voir les dunes blanches dans toute leur splendeur.

Il faut s’aventurer dans les sentiers balisés du parc pour voir les dunes blanches dans toute leur splendeur.

Il y a des voyageurs qui se font un point d’honneur de ne jamais retourner au même endroit. Je peux les comprendre, car il est vrai que notre Terre est grande et belle. Pourtant, j’aime bien revisiter des lieux que j’ai aimés. Un deuxième séjour permet d’approfondir ses impressions. Il arrive souvent qu’elles soient aussi bonnes que la première fois. Parfois même, elles sont meilleures. C’est ainsi que, sur le chemin du retour, nous sommes repassés avec plaisir par Las Cruces et les White Sands, deux places du Nouveau-Mexique que nous avions adorées il y a quatre ans.

??????????Commençons par Las Cruces. Toute ressemblance avec Paris ou Rome serait le fruit du hasard. Ce n’est pas une ville impressionnante, tant s’en faut. C’est plutôt une petite ville où on a vite l’impression qu’il fait bon vivre. Nous en connaissions déjà la vieille partie, la Mesilla, pas très grande mais pittoresque, où l’on trouve de jolies boutiques et de belles maisons adobe. Nous y avons retrouvé avec plaisir le cabernet-sauvignon de la maison Hearth of Desert, un bon vin des environs. Nous en avons acheté deux bouteilles ; nous regrettons de ne pas en avoir pris six.

Cette fois, nous avons en plus découvert le centre-ville de Las Cruces, où s’installe chaque mercredi et chaque samedi un marché public. À cette période-ci de l’année, inutile de chercher les fruits et les légumes. Mais l’artisanat y est de qualité et pas trop cher. J’en ai profité pour acheter une bague faite par une bijoutière belge très sympathique, qui vit maintenant au Nouveau-Mexique.

??????????À 80 kilomètres de là se trouvent les White Sands. Nous y avions passé un magnifique moment lors de notre premier voyage ; il était hors de question de ne pas y revenir. Ce désert est constitué de dunes de gypse, aussi impressionnantes que rares, amenées par le vent des montagnes environnantes. Le sable y est si blanc que, lorsqu’on arrive, on a l’impression de se retrouver dans la neige. À tel point qu’au début j’avais peur que La grande bleue ne se mette à déparer. L’illusion était d’autant plus forte que beaucoup de gens dévalaient les dunes sur des soucoupes.

On peut bien entendu parcourir les White Sands sans y marcher. Il suffit de suivre la route qui les traverse et de s’arrêter çà et là pour admirer ces paysages grandioses qui ont inspiré le grand photographe Ansel Adams. Mais je trouverais dommage de ne pas s’aventurer dans un des sentiers balisés du parc. C’est là qu’on peut voir les dunes blanches dans toute leur splendeur. J’en avais conservé un souvenir de bonheur très intense. Cette deuxième randonnée l’a ravivé.

Quelques jours plus tard, nous étions aux Cavernes de Carlsbad, qui passent pour être parmi les plus belles. Pour ma part, je n’avais jamais mis les pieds dans une caverne en raison de ma claustrophobie. Eh oui, je collectionne les phobies! Mais mon ami Étienne m’avait fait promettre de me rendre à Carlsbad. Il avait bien raison : les grottes y sont si immenses qu’un même un claustrophobe peut s’y sentir à l’aise.

??????????Je suis d’autant plus content d’avoir surmonté ma peur que les Cavernes de Carlsbad sont d’une grande magnificence. On ne sait pas trop si on est au ciel ou en enfer, mais c’est terriblement beau. Vous me connaissez assez maintenant pour savoir que je ne suis pas exagérément dithyrambique. L’emphase, ce n’est pas vraiment mon truc ; la moquerie me sied davantage. Mais là, il faut être admiratif. D’ailleurs, si c’était Lise qui écrivait ce carnet, elle serait encore plus élogieuse que moi. Comme on dit chez nous, ma compagne ne se pouvait plus en parcourant les grottes tant elle était envahie par un immense sentiment de beauté. Certains lieux ont ce pouvoir rarissime de nous faire toucher au sublime.

Lise, qui est revenue de ses émotions, se joint à moi pour vous souhaiter de bien joyeuses Pâques. On se revoit samedi en huit.

Paul

??????????

Publicités

Commentaires sur: "Déjà-vu et découverte" (3)

  1. C’est magique, cette façon que vous avez de voyager.

  2. Bonjour à vous deux et Joyeuses Pâques.

    Lors que j’ai vu Paul en Bermuda dans ce paysage tout blanc, je me suis dit mais qu’est-ce qu’il fait dans cette neige. J’ai réalisé par la suite que vous étiez dans le Sud . Quel beau paysage. Je suis heureuse pour vous d’avoir la santé pour faire ce voyage magnifique.

    A la semaine prochaine

    Madeleine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :