Voyages, lectures, films, impressions, humeurs, la vie quoi!

Presque en panne sèche

Le mont Rainier s'élève à 4392 mètres.

Le mont Rainier s’élève à 4392 mètres.

Je vous ai déjà parlé des risques de panne sèche aux États-Unis, où les distances peuvent être bien longues entre les stations-service. J’ai pourtant bien failli me faire prendre il y a quelques jours. Nous avons quitté un village où j’ai raté la seule station-service parce que j’étais du mauvais côté de la route. Un peu plus loin, un panneau indiquait que la prochaine ville était à quelque 80 kilomètres. Le tableau de bord indiquait qu’il restait 3 barres sur 10. Je me suis dit : c’est suffisant! Sauf que la troisième barre a disparu quelques kilomètres plus loin. La deuxième allait la suivre assez rapidement, car les dernières barres du sprinter Mercedes n’indiquent pas autant de diésel que les premières. Je me demandais depuis 35 000 kilomètres pourquoi les dernières barres étaient plus petites que les premières. Maintenant, je sais.

Je me suis donc retrouvé à rouler sur la réserve, comme on dit, avec encore 35 kilomètres à faire avant la prochaine pompe diésel. C’était un samedi matin et nous étions en pleine forêt. J’ai commencé à lever le pied pour ménager le carburant. Heureusement, nous étions sur une pente descendante. Malheureusement, il y avait un fort vent de face.

Trente-cinq kilomètres, c’est long quand on ne sait pas si l’on va se rendre jusqu’au bout. Je surveillais l’accotement pour voir où je pourrais m’immobiliser, le cas échéant. Lise, de son côté, fouillait le mode d’emploi pour savoir combien la réserve contenait de carburant. En vain. Nous étions tous les deux hyper stressés, mais on ne parlait pas beaucoup. Lise a juste dit, en se contenant beaucoup : «Est-ce que je peux te dire que c’est pas drôle?» «Je suis d’accord», que j’ai dit. La tension, je vous le jure, était palpable.

Je ne sais pas si nous avons des anges gardiens. Mais j’ai discrètement fait appel à eux. Je ne saurai jamais s’ils m’ont pris en pitié. Mais je sais que, lorsque nous avons enfin vu une station, il ne restait à peu près plus de diésel dans la réserve. Ouf!

Jamais plus, que je me suis dit.

Richesse et pauvreté aux USA

Les États-Unis sont les plus riches, assurément. Mais je ne vous apprendrai rien en vous disant que leur richesse cache une grande pauvreté. Toute ressemblance avec les pays scandinaves serait le fruit du hasard.

Nous en avons eu une autre illustration cette semaine. Vous vous souvenez de Wenatchee, dont je vous ai parlé dans le dernier carnet. La capitale de la pomme est une ville, sinon riche, du moins prospère et aisée. On y chercherait en vain des traces de pauvreté. Les immeubles du centre-ville sont coquets, les quartiers résidentiels sont bon chic bon genre et, dans les collines avoisinantes, on peut entrevoir les splendides maisons des nantis.

Quelques dizaines de kilomètres plus loin, près de Noches sur la route du mont Rainier, nous avons abouti malencontreusement dans un camping minable. Le proprio garde deux ou trois emplacements pour des caravaniers égarés. Le reste est loué à l’année à des infortunés. Je n’avais jamais vu auparavant une telle collection de vieilles roulottes déglinguées et rafistolées. Pourtant, l’hiver y est assez rigoureux. «Pas autant que chez vous. Mais c’est froid, ça oui!» m’a dit un voisin d’un jour, au demeurant très serviable.

Coupes de personnel

Chez l’Oncle Sam, on voit également les effets du Tea Party sur les budgets gouvernementaux. Dans les parcs nationaux notamment, les compressions ont frappé durement.

À Wenatchee encore, on trouve un fort beau camping tout près de la ville. Mais il est plus difficile d’y trouver un ranger qu’un site, ce qui n’est pas peu dire. Le personnel doit, en effet, se disperser entre quatre parcs des environs. Ce n’est pourtant pas faute de clientèle. Le camping affichait même plein pour le week-end, à notre grande surprise, de sorte que nous avons dû chercher un autre camping en catastrophe.

Les Silver Falls.

Les Silver Falls.

Au mont Rainier, le centre d’information touristique était fermé par un beau dimanche d’automne. La plupart des campings de ce beau et grand parc national étaient déjà clos jusqu’en mai prochain. Le 12 octobre, nous avons terminé la saison du seul camping encore ouvert. Je veux bien croire qu’il neigera sur les sommets. Mais pas tout de suite tout de même.

Le lendemain au Stevens State Park et le surlendemain au Nehalen Bay State Park, les rangers étaient là aussi introuvables.

Malgré tout, nous sommes de nouveau très «State Parks», car ils sont beaucoup moins rudimentaires que ceux de la Colombie-Britannique. Pour 24 $US, soit environ la moitié du prix d’un camping privé de la côte Ouest, on a l’eau et l’électricité. La somme est d’autant plus modique que les campings sont beaux et bien situés.

Bien sûr, on n’y trouve pas l’internet, de sorte qu’on a besoin d’un point d’accès personnel. Mais les bas prix compensent largement l’achat de données. Et le point acheté chez Verizon nous donne jusqu’ici une réception exceptionnelle à peu près partout.

Ça va la tête, mon Paul?

Pas si mal. Merci de le demander. Le vertige positionnel bénin s’est installé ; espérons que ce n’est pas à demeure. Mais il n’est pas trop «sévère», comme a dit le bon docteur que j’ai rencontré en Colombie-Britannique. Je peux donc marcher en montagne sans avoir peur de dégringoler. En tout cas, pas plus que d’habitude. Certes, j’ai toujours la phobie des hauteurs, mais comme je collectionne la plupart des phobies, ça n’a rien d’étonnant et ça ne me perturbe pas outre mesure. En tout cas, le vertige positionnel n’a pas aggravé cette phobie-là.

Lise vous fait ses amitiés. On se revoit samedi prochain.

Paul

Publicités

Commentaires sur: "Presque en panne sèche" (1)

  1. EEEEK… J’ai vecu une situation similaire… A la fin de la pente, le moteur s’eteigna mais la voiture a eu le temps de rouler sur le neutre jusqu’a la pompe… Jamais plus nous aussi!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :