Voyages, lectures, films, impressions, humeurs, la vie quoi!

??????????

Nous avons terminé ce mois d’août sur l’île de Vancouver en séjournant presque une semaine à Victoria. Désamorçons tout de suite l’insoutenable suspense : nous avons adoré!

carole-jl-paulNotre séjour a d’ailleurs bien commencé. Dans les semaines précédant notre arrivée, Jean-Louis et Carole, un couple de Brossard qui suit notre blogue depuis le début du voyage et qui séjournait lui aussi sur l’île, avaient pris contact avec nous. Nous nous étions manqués à quelques reprises. Restait une occasion de se rencontrer, la veille de leur départ pour les États-Unis. Nous sommes allés les rejoindre au Fort Victoria Park, où nous avons pris l’apéro ensemble avant d’improviser un souper aussi sympa que réussi. Nous nous sommes promis de garder le contact.

Ce camping, en plus d’être bien tenu, est fort bien situé. En quelques minutes de marche, on arrive à un abribus d’où le 14 nous amène au centre-ville en une vingtaine de minutes. À mon avis, c’est la meilleure façon de visiter la capitale de la Colombie-Britannique, dont les stationnements ne sont pas très accueillants pour les VR.

Victoria compte 350 000 habitants, ce qui en fait une ville séduisante sans être trépidante. Il faut dire que ses habitants sont d’un calme très anglo. Quand on s’aventure dans une rue, on ne craint pas d’être écrasé comme à Montréal, à Paris ou, pire encore, à Rome, où l’on dit qu’il n’y a que deux types piétons : les rapides et les morts. Non seulement les conducteurs s’arrêtent, mais ils le font sans faire crisser les pneus et sans effaroucher les piétons.

On y croise, bien sûr, un bon nombre de clochards, de mendiants, voire de drogués. Mais ce n’est pas ce qui va effaroucher deux Montréalais comme nous, d’autant que cette faune bigarrée n’est pas collante. Les touristes sont plus nombreux, évidemment et heureusement, mais eux non plus ne sont pas trop envahissants. Du reste, on ne les voit guère ailleurs que le long des quais ou autour du parlement.

??????????Au centre d’information touristique, la préposée, plus avenante que compétente, nous avait conseillé le quartier chinois. Il n’est pas sans intérêt, mais qualifier de quartier quelques bouts de rue me semble un peu abusif. Nous avons préféré nous promener dans le centre-ville, qui réunit de bien beaux immeubles. On peut s’y arrêter agréablement, un peu partout, pour prendre un café, un thé, une bière ou pour casser la croûte.

Lise tenait beaucoup à visiter la demeure de la grande peintre Emily Carr, qui a habité une jolie maison du quartier historique. Mais pour voir ses œuvres, il faudra plutôt aller à la Vancouver Art Gallery.

Nous avons pris notre rôle de touriste au sérieux, au point même d’aller visiter le parlement. Nous nous sommes amenés pour la visite de 14h15, qui a lieu en français. Il n’y avait que nous deux, ce qui a sans doute soulagé la jeune anglophone, encore peu familière avec son rôle de guide en français. Mais elle s’en est fort bien tirée.

Par contre, nous n’avons fait que passer au Fairmount Express, un bel hôtel célèbre pour son salon de thé. Mais tout amateurs de thé que nous soyons, nous ne sommes pas très friands du thé à l’anglaise, généralement trop chaud, trop cher et trop snob. Nous nous sommes contentés d’admirer la salle et nous sommes repartis.

??????????Nous avons nettement préféré le Fisherman’s Wharf. C’est un village flottant d’une trentaine de maisons de bois, joliment fleuries et aux couleurs vives, qui donne directement sur le Pacifique. Les visiteurs sont très nombreux dans ce lieu unique, mais les résidants, qui disent adorer y vivre, ne semblent pas s’en plaindre.

En quittant Victoria, nous nous sommes finalement arrêtés aux Butchart Gardens, point d’orgue de ce séjour dans la capitale. Ce jardin est si beau que nous nous sommes demandé, après y avoir passé une demi-journée, si ce n’était pas le plus beau que nous ayons jamais vu. Nous avons aimé son jardin italien et sa roseraie, nous avons adoré son jardin japonais. Mais le Sunken Garden, que nous avons parcouru en dernier, est plus impressionnant encore. On a l’impression de marcher dans le paradis terrestre.

Manque de pot, c’est à ce moment-là que la batterie non pas d’un appareil photo, mais de nos deux appareils, nous a laissé bêtement tomber à quelques minutes d’intervalle. Juste au moment où nous commencions à léviter.

Lise vous fait ses amitiés. On se revoit la semaine prochaine à Vancouver, où nous comptons séjourner au moins une semaine.

Paul

??????????

Publicités

Commentaires sur: "Jours heureux à Victoria" (1)

  1. J’espere que vous avez vu le match de Roger-Monfils…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :