Voyages, lectures, films, impressions, humeurs, la vie quoi!

Une petite déprime

En route vers les Rocheuses, le moral a remonté.

En route vers les Rocheuses, le moral a remonté.

 Il y a une semaine, j’ai connu un nouveau moment de découragement. Pas à cause du voyage proprement dit. Notre périple se déroule bien. Nous découvrons des lieux exceptionnels et nous rencontrons des gens formidables. Mais les aléas, hélas, restent nombreux.

Prenez ce jour de déprime. Après le petit déjeuner, nous avons skypé avec Étienne, qui venait de recevoir un avis de Revenu Canada accusant Lise d’avoir pris trop de REER. Une belle merde en perspective, même si c’est inexact.

Puis, nous devions faire réparer un stabilisateur cassé avant de pouvoir reprendre la route. À 11h, nous n’avions toujours pas reçu de coup de fil du concessionnaire Leisure de Kelowna. Je décide de me rendre sur place. J’apprends que la pièce est arrivée, mais qu’on n’a pas l’équipement nécessaire pour l’installer. La moutarde commence à nous monter au nez.

La responsable du service fait des démarches pour trouver dans les environs un atelier capable d’effectuer la réparation. Elle finit par en trouver un, où l’on nous reçoit très gentiment. Mais on n’est pas pour autant au bout de nos peines. Leisure a envoyé deux stabilisateurs, même si l’un des deux fonctionne encore très bien. Puisqu’ils sont déjà payés, on nous conseille d’installer les deux pièces.

Je veux bien. Sauf que l’une des deux n’a pas la bonne dimension. Heureusement – et c’est le seul élément positif dans cette affaire –, la pièce trop grande devait remplacer celle qui fonctionne encore bien. Le mécano remplace donc le stabilisateur défectueux, réinstalle le bon et remet dans sa boîte celui qui est trop gros.

Retour chez le concessionnaire, à qui l’on demande de négocier avec Leisure Travel pour nous faire rembourser. On attend des nouvelles.

Bref un bourbier dont j’ai dû me dépêtrer encore une fois en anglais, une langue que je parle, bien sûr, mais que je ne maîtrise pas parfaitement. Quand je parle «english» dans des conditions stressantes, je me sens comme un plongeur qui tente un périlleux arrière avec trois vrilles. Il m’arrive d’amerrir sur le ventre et d’éclabousser les juges au passage.

Ce jour-là, je vous l’avoue, j’ai eu envie de rentrer.

Les cicatrices de La grande bleue ont disparu.

Les cicatrices de La grande bleue ont disparu.

Toutefois, il n’y a pas eu que de mauvaises nouvelles cette semaine. Ainsi, nous avons récupéré les commissions payées en trop à notre agence de location, à la suite du départ inopiné du premier locataire de notre condo. Une grosse somme qui tombe pile au moment où les grosses factures s’accumulent.

Reste à récupérer le coût de la réparation de notre Grande bleue, percutée dans un parking de Bryce Canyon, en avril. Comme le montant est inférieur à notre franchise, il me faut moi-même faire les démarches auprès de l’assureur américain. Mais l’experte en sinistres de La Personnelle me donne un coup de main. Ce dossier est sur le point de débloquer lui aussi.

Le carnet du caravanier

Nous avons passé quelques jours au Canyon Farm RV Park, un petit camping rural très coquet et très propre, à une quinzaine de kilomètres de Kelowna. La proprio élève des poules. En liberté, cela va sans dire, et très affectueuses. Dès que nous nous emmenions près de leur enclos, les poules venaient, que dis-je, se précipitaient à notre rencontre. J’ai été enchanté de voir que j’avais autant de succès auprès des poules.

J’en ai aussi auprès des souris. Mais de cela, vous vous doutez bien, je me passerais volontiers. Toujours est-il qu’une nouvelle souris s’est invitée dans notre autocaravane. Je dis une nouvelle, mais ce n’est pas exact, le précédent rongeur malotru étant plutôt un rat. Cette fois, c’était bien Miquette.

Elle s’est rapidement trahie en bouffant nos pâtes. Des Biotalia, en plus, les meilleures. Ah la vache! Pardon! Ah la souris! Son repas nocturne a fait tellement de bruit que nous l’avons rapidement localisée. Forts de notre expérience et bien armés cette fois, nous avons promptement installé le piège que nous avait laissé l’exterminateur, il y a quelques mois en Floride. Chère cette trappe, mais drôlement efficace. Quelques minutes plus tard, Miquette se retrouvait au paradis des souris.

Lise vous fait ses amitiés. À samedi prochain dans les Rocheuses, où nous visiterons le lac Louise, Banff et Jasper.

Paul

 

Publicités

Commentaires sur: "Une petite déprime" (7)

  1. Pierre Pothier a dit:

    N’oubliez pas d ‘aller au Lac Morraine, c’est le plus beau de tous !

  2. Salut les amis,
    Vous excuserez les fautes, car je n’ai toujours pas trouve le moyen d’utiliser le clavier francais. Je serai bref. D’abord je constate que tu n’as toujours pas perdu ton precieux sens de l’humour. Ensuite, je dois avouer que je vous ai inscrit dans mon « top ten » des aventuriers. Vous perseverez malgre les embuches et vous continuez a eprouver du plaisir devant les nouveautes qui s’offrent a vous. Nous pensons souvent a vous et nous avons toujours hate au samedi pour avoir de vos nouvelles

    • Juste avant de recevoir ton commentaire, mon cher Daniel, on essayait justement de débloquer la porte de côté, qui refuse obstinément de s’ouvrir. C’est le nouveau pépin de la semaine. On a pris le parti d’en rire. Soit dit en passant, aurais-tu un précieux conseil?
      Par ailleurs, on s’était ennuyés de ta prose. N’hésite pas à nous écrire, ça fait toujours plaisir.

  3. Bonsoir à vous deux,

    Chanceux que vous êtes ce beau coin de notre pays. J’espère que vous n’avez pas été ennuyés pas la flotte qui est tombée pas si loin de vous.

    Vous avez encore votre part de pépins. Espérons que ce seront les derniers. Miquette n’a pas été gentille de manger vos meilleure pâtes quasiment à votre nez 😆

    Ici, c’est la routine et on attend la chaleur. Nous ne sommes pas gâtés avec la température.
    Je laisserai la Biblio fin août. Je resterai pour aider aux personnes qui ne savent jamais quoi lire. Elles ne pensent à lire le résumé d’un livre pour voir si ça leur plaît.

    Bonne route et belle température pour la suite de votre périple.

    Amicalement,

    Madeleine

  4. Bonjour les amis,
    Paul, te souviens-tu de mon expédition bien involontaire en Colombie-Britannique où je me m’étais perdue dans la forêt entre les ours et les glaciers? Outre le fait que je devais couvrir la triste disparition d’un alpiniste québécois, j’avais découvert un endroit retiré, splendide, au milieu des Rocheuses. Si je me souviens bien, ce n’était pas très loin de Kelowna.
    Allez voir ce site: https://www.facebook.com/pages/Trout-Lake-Windsor-Hotel/147482305419922
    et ne vous laissez pas décourager par les photos d’hiver. J’y étais en août et c’était à couper le souffle. Il y a aussi un endroit pour camper au bord du lac Trout.
    Je vous le répète, c’était magnifique.
    Bon courage les amis, en espérant que tout ira mieux.
    M-A
    p.s. Ce soir, Agnès me fait une petite fête pour célébrer ma retraite. Il y aura Michèle, Paul Roy, Katia et leurs chums et chumettes respectifs.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :