Voyages, lectures, films, impressions, humeurs, la vie quoi!

 ??????????

Lors de notre dernière journée à Penticton, nous nous sommes rendus à son marché public. Un très beau marché, le plus beau du sud de la Colombie-Britannique, dit-on. La Main Street est fermée à la circulation sur une grande distance, les véhicules cédant la place pour quelques heures à des étals de légumes, d’épices, de pains, de vêtements, de bijoux ou d’artisanat.

L’endroit est très agréable, surtout lorsque le temps est aussi splendide que samedi dernier. L’événement nous a rappelé la passeggiata, cette promenade où les Italiens, de toutes les générations et de toutes les classes sociales, se réunissent sur les places publiques à la fin du jour. Comme dans la Grande Botte, les gens y sont de bonne humeur. Ils sont beaux aussi.

Les Britanno-Colombiennes, en particulier, ont tout pour plaire aux hommes superficiels (et je suis très superficiel). On n’est plus chez l’Oncle Sam. En quelques heures, on croise plus de jolies femmes dans une petite ville comme Penticton qu’en six mois aux États-Unis.

Et les hommes? Il est vrai que je les remarque moins, nettement moins. Mais ils me paraissent moins ravissants, nettement moins. D’autant qu’ils sont trop tatoués à mon goût. En particulier les prolos, dont les tatouages sont si immenses qu’ils leur tiennent lieu de chemise. Cela dit, si l’on me permet de rester encore un instant dans les considérations frivoles, ils sont dans l’ensemble mieux faits que les mâles amerloques. Lise, qui a en la matière un goût plus sûr que le mien, trouve d’ailleurs certains jeunes bien mignons.

Côté négatif, les prix du marché sont élevés. Il faut sortir, par exemple, six beaux dollars pour une douzaine d’œufs, pour un tout petit paquet d’oignons ou pour un pain. Bios, il est vrai, mais tout de même!

Toutefois, nous n’en sommes pas étonnés outre mesure, car ce qui nous frappe depuis notre retour au Canada, c’est le coût de la vie. La hauteur vertigineuse du coût de la vie. Il n’y a pas que les vins qui sont chers dans «le pluss beau pays du monde», comme l’appelait Jean Chrétien. Tout est plus cher. Les aliments, les vêtements, l’essence, les campings, les voitures, les ordinateurs. Tout! Absolument tout! Nous sommes les consommateurs les plus poires au monde.

??????????Il faut dire aussi que les factures n’arrêtent pas de nous tomber dessus depuis notre retour. La semaine dernière, il nous a fallu changer les six pneus de La grande bleue, usés prématurément. Les nouveaux Michelin vont super bien, nous en sommes ravis. Mais nous avons dû allonger plus de 1600$. Je ne vous dirai pas combien l’entretien nous a coûté chez les concessionnaires Mercedes et Leisure cette semaine; on va se remettre à pleurer.

D’autant que ce n’est pas fini. Le système de stabilisation sous l’autocaravane vient de nous lâcher. La facture pourrait dépasser les 2000$. La suspension pneumatique perd de l’air. Nous avons craint une autre note salée. Mais la pièce fautive ne coûte que 55$. L’ennui, c’est qu’elle ne sera pas disponible avant la… mi-août. Et nous n’avons pas encore fait réparer les dommages causés par deux petits accrochages.

Ah! J’allais oublier le fisc, qui ne nous a encore rien réclamé, mais ça ne saurait tarder.

À part cela, tout va très bien, Madame la Marquise.

Heureusement, Lise a repris des cours de chant et notre appartement est occupé par deux nouveaux locataires, au moins pour trois mois. On se croise les doigts pour qu’ils restent un an. Ça nous donnerait un bon coussin, comme on dit au Québec. Cela dit, vous pouvez continuer à nous faire parvenir vos dons. Ça nous aide à payer le vin.

Le carnet du caravanier

Le point d’accès Rogers, que j’utilise depuis notre retour au Canada, fonctionne vraiment très bien. Vous voyez que tout n’est pas noir dans «le pluss beau pays du monde». Autant le Straight Talk avait fait grisonner quelques cheveux et fait tomber quelques autres, autant le Rogers me comble. Va-t-il marcher aussi bien dans le nord de la province et au Yukon? C’est à suivre. Je vous tiendrai au courant. Pour le moment, en tout cas, on a accès à l’internet partout. Youppi!

Lise vous fait ses amitiés. À samedi prochain.

Paul

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :