Voyages, lectures, films, impressions, humeurs, la vie quoi!

??????????

Nous avons passé les derniers jours à Manatee Springs, un parc d’État que fréquentent l’hiver, outre les Snowbirds, les lamantins, ces gros mammifères marins qui viennent se réchauffer dans les sources chaudes des lieux. «Les prochaines nuits seront froides, de sorte que vos chances d’en voir sont excellentes», nous avait dit avec optimisme la ranger à l’entrée. Mais on a eu beau se rendre aux sources plusieurs fois par jour, nous n’avons pas vu là le moindre lamantin.

En désespoir de cause, nous nous sommes rendus à Fanning Springs, une vingtaine de kilomètres plus loin, où séjournent aussi les lamantins. Ils sont énormes, dit-on. Pourtant, je n’ai entrevu ni un bout de tête ni un bout de queue. J’ai vu cependant l’homme qui a vu l’homme qui a vu deux lamantins. Je ne plaisante pas. Deux minutes avant mon arrivée, ils étaient là, paraît-il, à se prélasser dans cette grande baignoire. L’homme l’a dit à quelqu’un, qui me l’a dit. Lise, qui me précédait, a d’ailleurs aperçu, de loin il est vrai, leurs dos.

Faute de lamantins, nous nous sommes baignés avec les poissons-chats. C’est une sensation très agréable de se plonger, au cœur de janvier, dans une eau plus chaude que l’air ambiant.

Après, nous sommes allés fêter mon anniversaire au camping autour d’une bouteille de Pouilly-Fuissé, que m’avaient apportée nos nouveaux amis Lise et Daniel, venus nous retrouver. C’est un jour de fête que je ne suis pas près d’oublier, à moins bien sûr que l’alzheimer ne vienne me jouer des tours.

Le lendemain, en retournant aux sources de Manatee Springs, Lise a été tentée de se baigner de nouveau. Mais nous avons aperçu un écriteau nous indiquant que des serpents d’eau pourraient nous accompagner. «Sachez les respecter», pouvait-on lire. Mais vont-ils nous respecter? me suis-je demandé, non sans inquiétude.

«Une seule espèce est vénéneuse», ajoutait-on, sans doute pour nous rassurer. «Mais les autres peuvent mordre.» Ah bon! Très rassurant, en effet.

Nous en étions là, perdus dans nos réflexions, quand on a vu, sur l’autre rive, une autre inscription, nous avisant celle-là qu’il y avait des alligators dans les environs. On a beau savoir que ces déréglés de la mâchoire chassent surtout la nuit, ça nous a coupé toute envie de faire une saucette. D’autant plus qu’il faisait plus froid que la veille.

Un peu plus tôt, Daniel et Lise avaient pris la direction du Sud-Ouest. Nous les retrouverons à la fin du mois à Austin. Nous partirons ensuite en leur compagnie pour San Antonio. Puis, nous poursuivrons notre route tous les quatre vers Mission, où nous retrouverons Diana et Jean, un autre couple que nous avons connu en décembre.

Dire que nous nous craignions au début de ce voyage de nous retrouver un peu trop seuls. Or nous rencontrons des gens formidables. Le bonheur, je vous le répète, est sur la route.

Le carnet du caravanier

Nous sommes retournés chez Mercedes, deux fois plutôt qu’une. La première fois, c’était à Sarasota, où il fallait faire remplacer un phare borgne. Avant même que nous entrions, un jeune homme est venu nous demander très gentiment quel était notre souci. Nous lui avons montré le phare. Il est rapidement revenu avec une ampoule halogène. La grande bleue avait retrouvé toute sa vue.

La seconde, c’était encore une fois à Tampa. La lampe témoin jaune s’était en effet rallumée. Je n’en étais pas très heureux. Je l’ai écrit à Dave, responsable de notre dossier. Il a tout de suite répondu : «Venez. Nous réglerons le problème une fois pour toutes gratuitement.» Nous y sommes allés. Non seulement la réparation ne nous a rien coûté, mais on nous a même remboursé la réparation du mois précédent, Mercedes ayant estimé que tout cela était couvert par la garantie. Et en prime, notre autocaravane a eu droit de nouveau à un grand lavage.

Je le mentionne pour rassurer les lecteurs qui ont des sprinters Mercedes et qui s’inquiétaient de nos ennuis mécaniques. Primo, ces pépins étaient mineurs. Secundo, les concessionnaires sont nombreux aux États-Unis. Tertio, le service y est excellent. Quatro, ils ne snobent pas les caravaniers. Pendant que nous étions à Tampa, nous en avons d’ailleurs vu trois autres autocaravanes entre les mains expertes des mécanos.

Lise vous fait ses amitiés. Je vous embrasse.

Paul

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :