Voyages, lectures, films, impressions, humeurs, la vie quoi!

Le 6 janvier, nous avons fêté nos 35 ans de vie commune. C’est en effet il y a 35 ans pile que nous nous sommes rencontrés. J’allais avoir 34 ans et je sortais d’une rupture. Lise venait d’en avoir 32 et elle allait bientôt en vivre une à son tour. Nos destins, en effet, venaient d’être bouleversés. Pour le meilleur et pour le pire, comme on dit. Mais avec le temps, c’est surtout le meilleur qui est resté. Plus on vieillit et plus on se dit que nous n’avons pas de temps à perdre avec le pire. Vaut mieux en rire.

Nous en avons profité pour nous souhaiter encore de nombreuses années ensemble. Le prochain grand cap sera nos 40 ans. Mais nous deux, on vise plus loin encore. On lorgne les 50 ans de vie commune. Une amie de 93 ans nous a souhaité de nous rendre à 60. Il faudrait que l’on vive tous les deux aussi longtemps qu’elle pour atteindre un pareil cap. Si ça arrive, j’espère que nous aurons le dynamisme et la vitalité de mon amie Madeleine.

Dans quelques jours, j’aurai d’ailleurs 69 ans. C’est un de mes chiffres favoris. C’est plaisant d’y parvenir en bonne forme.

À quelques jours de mon anniversaire, j’ai comparé mon image à celle de l’an dernier. Je me suis habitué peu à peu à cet homme aux cheveux gris qui s’est emparé de mon miroir. Je me suis fait à ses poches sous les yeux, aux rides qui se sont creusées, à la peau qui cède aux lois de la gravité. C’est moi. Incontestablement !

Ce qui m’inquiète un peu cette année, et c’est nouveau, c’est l’état de ma belle chevelure. Elle ressemble de plus en plus à la forêt laurentienne. Vue d’en bas, elle paraît en bon état. Mais dès qu’on s’élève, on découvre avec stupéfaction l’étendue des coupes à blanc. C’est sans doute mon karma pour m’être trop moqué des chauves.

Heureusement, il y a parfois ce sourire radieux qui me rappelle ma mère, même à un âge avancé. Tant que je l’aurai, je serai rassuré.

Ce qui me rassure aussi, c’est l’état de mon cœur. Depuis l’opération que j’ai subie il y a trois ans et demi, je n’ai pas eu de crise d’arythmie. Cette intervention m’a donné une deuxième jeunesse. Elle a fait en sorte que j’ai beaucoup moins peur de vieillir. Sans elle, je n’aurais pas pu entreprendre ce grand voyage.

C’est donc avec confiance et bonheur que j’entreprendrai mercredi, lentement (à cet âge, rien ne presse) mais sûrement, ma 70e année.

Le carnet du caravanier

Hier, nous avons quitté Sarasota, où nous avons passé les 15 derniers jours. Le Turtle Beach Campground nous avait été recommandé par Daniel et Lise, que nous avons connus à notre arrivée en Floride. Malgré une petite déception initiale, nous y avons passé du bon temps. Bien sûr, quand on arrive du Fort de Soto Park, les emplacements paraissent bien rapprochés. En outre, la propreté des toilettes, des douches et de la buanderie laisse à désirer. Mais la plage est tout au bout de ce petit camping. C’est sa plus belle qualité. En quelques pas, on peut s’y rendre pour s’y baigner ou, tout simplement, pour y admirer la mer. Qu’il fasse beau au mauvais, c’est toujours un spectacle dont on ne se lasse pas.

Quelques kilomètres plus au nord, il y a une autre plage, celle de Siesta Key, qui passe pour la plus belle des États-Unis. Je ne suis pas assez expert en plages pour me prononcer là-dessus. Je peux vous dire cependant que cette grande grève de sable blanc fin est vraiment une pure merveille. Nous nous y sommes rendus dimanche dernier. Le parc-autos était plein. Mais nous n’étions pas tassés comme des sardines sur cette bande de farine blanche qui s’étend sur des kilomètres.

Nous avons profité de ce séjour pour nous rendre au Ringling Museum. Le musée lui-même nous a un peu déçus. Certes, ses 21 galeries sont impressionnantes. Mais on y trouve surtout des peintures religieuses européennes d’avant la Renaissance. Je ne veux pas avoir l’air blasé, mais nous en avons déjà vu beaucoup dans les musées d’Italie ou de France. De plus, cet art ne me touche pas particulièrement.

En revanche, le parc Ringling est très beau avec sa roseraie et ses grands banians. Si vous voulez un conseil, allez-y un lundi. La visite du musée et du parc est alors gratuite. Sans payer, il est vrai, vous ne pourrez voir l’intérieur de la maison Ringling ou le musée du Cirque. Mais ce n’est pas bien grave.

Lise vous fait ses amitiés. Je vous embrasse.

Paul

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :