Voyages, lectures, films, impressions, humeurs, la vie quoi!

La douce chaleur

??????????

À Lillian, dans le sud de l’Alabama, où nous avons passé la dernière semaine, le mercure a fini par franchir les 20 degrés C et les nuits sont désormais douces. Depuis quatre jours, nous trouvons ce que nous sommes venus chercher à 3000 kilomètres de chez nous : une douce chaleur, du soleil, beaucoup de soleil, le chant des oiseaux, des palmiers, des dunes, de belles plages de sable fin.

Et en prime pour moi, quelques filles en bikini. Lise chipote un peu sur le terme, car un short couvrait leur culotte. Mais le short portait si bien son nom qu’on ne va pas se chamailler pour un aussi petit bout de tissu. L’important, c’est d’avoir vu deux belles filles en bikini un 1er décembre, soit au moins cinq mois avant qu’une telle apparition puisse se produire à Montréal et huit mois avant Québec. Pour ce qui est de la Gaspésie ou de la Côte-Nord, on n’en parle même pas. Qui porterait un bikini dans ces régions éloignées?

Ce matin encore, nous avions l’intention de nous diriger vers la Louisiane, de passer quelques jours près de Lafayette, puis de mettre le cap sur l’immense Texas. Mais en consultant les prévisions de la météo, j’ai bien vu qu’une nouvelle vague de froid s’apprêtait à frapper le centre des États-Unis. Pour le prochain week-end, on prévoyait 4 degrés la nuit à Houston et 3 à San Antonio. Le jour, le mercure ne monterait même pas à 10. De quoi nous faire regretter d’avoir annulé notre séjour à Fort Myers.

Il n’en fallait pas plus pour qu’on modifie illico nos plans. Au lieu de nous diriger vers l’ouest, nous avons pris la route de l’est. Nous voilà ce soir sur la côte d’Émeraude, dans le nord de la Floride, où la température devrait friser les 25 degrés au cours des prochains jours.

Si j’avais été fabriqué en Chine, j’aurais sur moi une petite étiquette où on pourrait lire : «Ne supporte pas les températures inférieures à 10 degrés. Rapetisse quand il manque de soleil. Peut rétrécir et plisser sous la pluie. Devient maussade et irritable quand le temps est gris.»

Je ne sais jusqu’où nous descendrons au pays des snowbirds. Nous profiterons des prochains jours pour établir un itinéraire et un échéancier plus précis. Certes, nous sommes plus de la race des improvisateurs que des planificateurs. Mais je ne voudrais pas pour autant qu’on ait l’air de girouettes.

Des nouvelles de Miquette

Je remercie tous ceux, nombreux, qui m’ont donné des conseils pour nous débarrasser de notre encombrante coloc. Mais ils ne seront pas utiles, pour le moment du moins, car Miquette a disparu depuis cette nuit orageuse où elle a reçu un coup de trappe et un coup de balai sur la tête. Est-ce les effets de ces chocs, une mauvaise digestion, notre inhospitalité ou tout simplement la chaleur qui l’aurait incité à prendre la clé des champs? Toujours est-il qu’on ne l’a ni revue, ni réentendue. Et pour tout vous dire, on ne s’en plaint pas du tout.

Lise vous fait ses amitiés. Je vous embrasse. À bientôt.

Paul

Publicités

Commentaires sur: "La douce chaleur" (2)

  1. André Dumais a dit:

    Votre silence depuis le 2 décembre est un peu inquiétant. Avez-vous eu des pépins mécaniques? Pas des problèmes de santé, j’espère!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :