Voyages, lectures, films, impressions, humeurs, la vie quoi!

«Amour» sans délice

Jean-Louis Trintignant et Emmanuelle Riva dans une scène de «Amours».

Jean-Louis Trintignant et Emmanuelle Riva dans une scène de «Amours».

Quand «Amour» est sorti à Montréal, j’ai tout de suite décidé que ce ne serait pas pour moi, malgré toutes les récompenses que ce film de Michael Haneke avait reçues. Le récit de la déchéance physique d’une vieille dame, pour être honnête, ça ne me branchait pas trop. Mais après le César du meilleur film, du meilleur scénario, du meilleur réalisateur, du meilleur comédien et de la meilleure comédienne, sans compter l’Oscar du meilleur film étranger, j’ai molli. D’autant plus que Lise avait très envie de le voir.

Je l’ai donc accompagnée dans un vieux cinéma de Nice. Généralement, ses salles sont presque vides. Mais là il y avait une queue. Tous étaient venus voir «Amour». Moyenne d’âge des spectateurs : à peu près la même que celui des acteurs du film. À la caisse, il n’était même pas nécessaire de demander le tarif «senior»; on vous l’accordait d’office.

Et alors? Le visionnement a confirmé mes appréhensions. Certes, c’est une œuvre forte, peut-être même, comme certains critiques l’ont lancé, un chef d’œuvre. Mais j’ai trouvé la réalisation de Haneke déprimante et pénible, quasiment de bout en bout.

Emmanuelle Riva recevant le César de la meilleure actrice.

Emmanuelle Riva recevant le César de la meilleure actrice.

Lise, en revanche, a beaucoup pleuré et beaucoup aimé. Ex-conseillère en milieu de vie dans un centre d’accueil, elle est entrée sans freins dans l’univers oppressant du réalisateur. Elle, c’est «De rouille et d’os» qu’elle avait trouvé cruel et lourd. Mais pour moi, l’œuvre de Jacques Audiard est une comédie romantique à côté de «Amour». J’exagère un brin, j’en conviens. Ce film qui mettait en vedette Marion Cotillard était dur, mais d’une dureté qui n’avait pas écorché mon petit cœur. «Amour», au contraire, m’est rentré dedans. Je me suis identifié à la fois à cette femme artiste, qui n’accepte pas sa maladie, et à cet homme amoureux, qui la soigne du mieux qu’il peut, mais qui sait que la situation est désespérée.

Malgré tout, je ne regrette pas de m’être rendu au vieux Mercury, car j’aurais raté deux grandes performances. Jean-Louis Trintignant est très, très, très bon. Emmanuelle Riva, mieux encore! Je ne me souviens pas, et je pèse mes mots, d’avoir vu une actrice aussi forte.

Soit dit en passant, et même si c’est secondaire, les deux comédiens ont une diction absolument impeccable. On ne perd pas un mot (sauf, bien entendu, quand le scénario l’exige). C’est un art qui se perd lentement mais sûrement, même en France, où les acteurs ont de plus en plus l’élocution molle.

Lise vous fait ses amitiés. Je vous embrasse. À bientôt!

Paul

Publicités

Commentaires sur: "«Amour» sans délice" (3)

  1. Marie-Andrée a dit:

    Malgré tes gentils mots, je refuse obstinément de voir ce film. Il me rappelle trop les gens qu’on aime et qu’on perd à cause de cette sale maladie. Comme s’il existait des maladies propres… Mais celle-là, elle fait mal parce qu’elle s’infiltre dans nos vies à petit feu. Donc, à la place, on va voir le triomphe de la jeune fille rangée et entêtée qui gagne le titre de meilleure dactylo au monde.

    • J’ai bien aimé ce film, malgré toute la tristesse que l’on voit et que l’on sent. Deux acteurs merveilleux. Je suis sortie du cinéma bien triste d’avoir vu ce que peut faire la maladie et la vieillesse.

  2. D’habitude je suis comme une Madeleine ou les pleureuses depuis que me mere est malade… mais je n’ai pas pleure dans ce film. Je me suis tellement arme en allant le voir que j’ai bloque mes emotions.
    Je suis bien d’accord que c’est un tres joli film. Un quasi huit-clos qu’on n’apprend plus a le faire au cinema. Aucun artifice pas meme le moindre d’effets speciaux, mais on reste coller ou plutot hypnotiser par les 2 acteurs principaux qui se livrent une bataille perdue, armes d’amour pour lutter contre la mort inevitable…
    J’ai pleure eulement plus dans la semaine lors du funeraille du jeune fils de mes amis, des larmes refoulees jusqu’a la…

    Courez voir ce film et ne vous privez surtout pas de pleurer! Finalement, c’est bien de pleurer…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :