Voyages, lectures, films, impressions, humeurs, la vie quoi!

Un marathon de tennis

lina11

L’Open d’Australie m’occupe tellement que je n’avais pas encore trouvé le temps d’aller voir On the Road. J’ai enfin trouvé un moment aujourd’hui. Je ne le regrette pas. Ça m’a fait du bien de sortir de la maison, malgré le froid polaire, et d’oublier le tennis pour quelques heures. Cela dit, le film de Walter Salles m’a déçu. Je m’y attendais pourtant. Ce n’est pas pour rien que l’on a mis plus de 50 ans avant de porter ce roman de Kerouac à l’écran. C’était mission impossible.

Ce qui me gêne dans ce film, ce ne sont pas les omissions. Je sais bien qu’on ne peut reprendre en deux heures tous les éléments d’une œuvre considérable. Ce qui me turlupine plutôt, ce sont les raccourcis. Ainsi, la passion du narrateur pour une Mexicaine rencontrée dans l’autocar est tellement abrégée qu’on n’y comprend rien si on n’a pas lu le livre. Et le voyage au Mexique, point d’orgue de ce chef d’œuvre, a l’air d’une grosse caricature tant il est réduit à sa plus simple expression.

Autre élément décevant : on ne retrouve jamais dans le film, si ce n’est à de rares occasions, le rythme d’enfer du livre. Et sans les descriptions hallucinantes de Kerouac, le récit semble trivial et répétitif.

Un point positif toutefois : les acteurs et actrices ont été bien choisis, de sorte que si vous vous décidez à lire Kerouac, ce que je vous conseille fortement, même si son roman n’est pas facile, vous aurez déjà de belles images associées aux personnages.

Jour et nuit

Aussitôt revenu à l’appartement, je me suis remis à la couverture du Grand Chelem australien. Depuis près de 15 jours maintenant, ce tournoi m’occupe presque jour et nuit. Je prends le petit déjeuner en regardant en différé la séance du soir à Melbourne, enregistrée pendant la nuit ici. Après, c’est la rédaction des textes, généralement au nombre de trois. Primo, un compte rendu du jour précédent, côté messieurs. Secundo, un compte rendu de la journée, côté dames. Tertio, un aperçu de la journée à venir.

Tout cela me mène vers 13h. C’est déjà le temps de dîner. Après la vaisselle et un petit ménage, je descends au gym de l’immeuble pour une demi-heure de tapis roulant. Puis, je remonte à l’appartement pour une séance de yoga et de méditation. Enfin, la douche. Ça peut paraître anodin, mais il me paraît important de prendre soin de moi et de sentir bon. Ça défatigue.

Le soir venu, je regarde les premiers matchs du jour à Melbourne, déjà diffusés ici en vertu du décalage horaire. Ça me mène jusqu’à 1 heure du matin, voire jusqu’à 2 heures. Je suis seul, Lise étant allée voir notre nouveau petit-fils en Gaspésie. Elle me manque, mais j’aurais si peu de temps pour elle.

Vous comprendrez sans doute que, lorsqu’on couvre un tournoi du Grand Chelem à ce rythme, il est impératif de garder la forme. C’est une sorte de marathon. Il faut bien répartir l’effort et viser la durée. Les marathoniens comptent les kilomètres. Moi, je compte les jours.

Là, il ne m’en reste plus que trois et je ne suis pas encore allé dans le mur. Peut-être vais-je l’éviter cette année. J’ai d’autant plus confiance que les dernières journées ne sont pas les plus difficiles, même si les matchs sont les plus importants. Il n’y a qu’une rencontre par jour, du gâteau après la première semaine, où il y a des matchs sur une vingtaine de courts.

Et dans 15 jours, Lise et moi serons à Nice, près de la promenade des Anglais et de la Méditerranée, pour deux mois. Ce sera le repos du journaliste. Je vous en reparle dans mon prochain carnet.

Paul

Publicités

Commentaires sur: "Un marathon de tennis" (1)

  1. I would like to thank you for the efforts you’ve put in writing this web site. I am hoping the same high-grade site post from you in the upcoming also. In fact your creative writing skills has encouraged me to get my own blog now. Actually the blogging is spreading its wings rapidly. Your write up is a good example of it.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :