Voyages, lectures, films, impressions, humeurs, la vie quoi!

Le musée Picasso d’Antibes est situé dans un ancien château.

Au cours de notre séjour niçois, on aura vu près d’une quarantaine de films. La récolte est abondante et, dans l’ensemble, très bonne. J’aurais du mal à dire quel est le meilleur, mais j’ai un faible, outre Une bouteille à la mer, dont je vous ai déjà parlé, pour Hasta la vista, que nous venons de voir.

J’avais raté ce long métrage belge au Festival des films du monde, mais heureusement j’ai pu me rattraper à Nice. Il avait tout pour me plaire puisqu’il réunit l’humour et l’émotion. Plus je vieillis et plus j’adore ce type de mélange. Hasta la vista est un petit film dans la mesure où il n’a pas demandé de moyens considérables. Mais comme le dit Claude Lelouch, qui l’a découvert par hasard et qui a en assuré la distribution, « ce petit film possède les vertus qui font de lui un grand film ».

Si vous l’avez loupé, courez le voir dès que l’occasion se présente. C’est l’histoire de trois puceaux belges, lourdement handicapés, qui mettent le cap vers un bordel espagnol dans l’espoir de perdre leur virginité. Mais oui, c’est un sujet dangereusement casse-gueule ; il a d’ailleurs fait peur aux producteurs. Mais le réalisateur Geoffrey Enthoven l’a remarquablement maîtrisé. Il est parvenu à traiter des handicaps physiques de façon tantôt amusante, tantôt touchante, mais toujours juste. On rit, on pleure, on se laisse mener de bout en bout. Ce film ouvre le cœur, pour peu qu’il ne soit pas trop endurci.

Nous avons aussi poursuivi notre tournée des musées en allant cette fois au musée Picasso d’Antibes. Je ne suis pas toujours sensible au génie du grand peintre espagnol. Devant certaines de ses œuvres, je dois ressembler à certains de ses sujets : les yeux exorbités, le droit plus haut que le gauche, à moins que ce ne soit le contraire, les sourcils en accent circonflexe, le nez en point d’interrogation, le cerveau si confus qu’il part dans toutes les directions. Mais parfois, je me suis arrêté, fasciné tout d’un coup par tant de beauté.

Le soir depuis quelques semaines, je me suis mis à la lecture. Je me suis d’abord lancé dans L’ordre libertaire, le nouvel opus du philosophe Michel Onfray, consacré à Albert Camus. Près de 500 pages bien tassées. Passionnant sans doute, pour quelqu’un qui comme moi adore Camus, mais un peu trop sérieux pour une lecture de vacances. Je me suis donc rabattu sur La bête qui meurt, du grand romancier américain Philip Roth. J’avais adoré Un homme, du même auteur. Mais celui-là m’a paru nettement moins inspiré.

Après, je suis retourné chez cette chère Colette, dont le style ne cesse de m’enchanter. J’ai d’abord terminé la lecture de Claudine à Paris, entreprise à Paris justement, et délaissée. J’avais trouvé quelques longueurs dans les premiers chapitres. Mais cette fois, je suis resté scotché jusqu’à la fin. À tel point que j’ai tout de suite enchaîné avec la suite, Claudine en ménage, qui jusqu’ici me ravit. Il me restera Claudine s’en va.

Aujourd’hui, il pleut à verse. C’est la première fois que la pluie tombe assez abondamment pour nous empêcher d’aller courir sur la promenade des Anglais. Peut-être que les vrais mordus auraient bravé le mauvais temps. Mais nous ne sommes pas devenus à ce point accrocs. D’autant que le soleil devrait nous revenir demain. Il ne manquera plus que quelques degrés, la température restant plafonnée à 16 degrés depuis plusieurs jours, bien en-deça des normales de saison. Oui je sais, le mercure dépassera les 20 degrés à Montréal ; on passe à un autre appel.

Lise vous fait ses amitiés. Je vous embrasse. À bientôt.

Paul

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :