Voyages, lectures, films, impressions, humeurs, la vie quoi!

Hier, c’était jour de visite du quartier de l’Opéra. Le Géoguide de voyages nous avait prévenus : c’est un endroit où la circulation parisienne est particulièrement intense. On y décrivait les abords de la Madeleine comme « un nœud routier important, où le flot des voitures semble se heurter à l’énorme bloc de l’église ». Même pour des Montréalais vivant au centre-ville, comme Lise et moi, c’est en effet impressionnant. Notre métropole, c’est presque un village de la Gaspésie comparée au centre de Paris.

Autos, autobus, autocars, camions et motos arrivent de partout, à vive allure. Si tout ce beau monde s’arrête au feu rouge, pour laisser passer les piétons, c’est à la dernière seconde, et encore. Faut se méfier. Je crois que Lise a sauvé la vie d’une piétonne. Quand elle a vu qu’un automobiliste n’allait pas s’arrêter, malgré le feu rouge, elle a lancé un tonitruant « Madame ! » La dame, qui avait fait quelques pas, a figé net. L’auto a passé juste au bout de ses souliers, qui heureusement n’étaient pas pointus.

Nous allions visiter l’Opéra, mais ce que nous avons entendu, ce n’est pas le bel canto. C’est un concert de klaxons. Hors de leurs voitures, le comportement des Parisiens s’est beaucoup amélioré au cours des 30 dernières années. Comme je l’ai dit précédemment, ils sont généralement affables, polis et gentils. Mais au volant, ils retrouvent vite leurs mauvaises habitudes, alternant coups de klaxon et coups de gueule. Les pires sont les motocyclistes, qui n’hésitent pas à monter sur les trottoirs et qui parfois n’hésitent pas à foncer sur les piétons.

À tel point qu’il devient difficile de ne pas s’énerver soi-même. De plus en plus exaspéré, j’ai fini par crier «Merde ! » à un motocycliste qui se faufilait parmi les piétons à une intersection. Petite crise de nerfs bien inutile. Il n’a même pas dû m’entendre sous son gros casque et sur sa moto qui pétaradait.

Sur les trottoirs, c’est moins dangereux, mais ça reste très intense. Aux touristes, encore très nombreux en septembre, s’ajoutent les Parisiens venus travailler, se divertir ou faire des courses. Et c’est sans compter les mendiants, parfois bien collants. Les trottoirs ont beau être larges, on a parfois du mal à se frayer un chemin près des lieux les plus fréquentés.

Bon, j’arrête de râler : vous allez croire que je suis devenu un vrai Parisien. Les deux prochaines lignes seront donc positives. Quand on n’est pas occupé à surveiller les automobilistes ou les piétons, quand on peut lever les yeux, les immeubles du quartier de l’Opéra sont magnifiques, je vous assure.

Quant à l’Opéra lui-même, on ne l’a pas visité. La queue était si longue que le courage nous a manqué. On s’est dit que, dans un mois peut-être, les touristes seraient retournés à la maison et que nous, nous serions toujours là.

Je vous embrasse et Lise vous fait ses amitiés. À bientôt.

Paul

Publicités

Commentaires sur: "Concert de klaxons à l’Opéra" (1)

  1. EEEEK! Vous voila devenu Parisien… Mdr!
    Ahhhhh, il ne faut pas manquer la visite de l’opera Garnier… Et pourquoi pas un spectacle, on entend tres tres bien au baignoir (derniere etage)… et on peut se promener a loisir dans les couloirs a l’entracte 😉
    la clemence de Titus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :