Voyages, lectures, films, impressions, humeurs, la vie quoi!

Un défi exigeant mais excitant pour un couple.

Le corps vieillit, inexorablement. Bien sûr, on peut retarder le vieillissement grâce à une saine hygiène de vie, ce que je me m’applique à faire. Régime méditerranéen, exercices physiques, relaxation : j’essaie de mettre toutes les chances de mon côté. Malgré tout, il m’arrive de me demander, certains jours, quel est cet homme aux cheveux gris dans mon miroir.

L’âme, en revanche, peut rester jeune. Et une des bonnes façons de la garder alerte, c’est justement de voyager. On dit souvent que les voyages forment la jeunesse. Ils forment aussi la vieillesse, qui s’en prive de moins en moins.

J’ai souvent plaisanté, au cours de ce périple, sur l’âge vénérable du caravanier hivernal. Mais s’il est chauve et perclus de rhumatismes, il faut lui reconnaître le mérite de voyager. Certains caravaniers sont même très mal en point, mais ils continuent de sillonner l’Amérique.

Je me souviens de deux couples en particulier, qui m’ont beaucoup touché. Il y a d’abord eu cette vieille dame, à South Padre Island, qui passait dans son fauteuil roulant, poussée par son mari. Puis, j’ai vu une autre dame, accompagnée et encouragée par son compagnon, traverser péniblement le camping de North Padre Island, à l’aide de deux cannes, tous les jours. Peu à peu, j’ai cessé de voir les rides ou les cheveux rares et gris pour découvrir des gens qui s’efforçaient de profiter du temps qu’il leur reste.

Les voyages nous sortent de notre routine, font travailler nos neurones, nous dépaysent, nous plongent dans l’inconnu. Surtout si l’on ose sortir du Québec trop familier. Surtout si on ne va pas toujours au même endroit, entouré des mêmes gens. Il faut faire face à des situations nouvelles, parfois problématiques, jongler avec des solutions, parler à l’occasion une autre langue, rencontrer des inconnus, découvrir d’autres paysages et d’autres mœurs.

Pour la vie de couple, le voyage constitue aussi un défi exigeant mais excitant, notamment dans une caravane de sept mètres. Lise et moi, et nous en sommes fiers, avons relevé le défi haut la main. Loin de créer des tensions, la promiscuité nous a rapprochés. Antoine, Étienne, Marie-France et Jasmine, qui ont souvent été témoins de nos joutes oratoires, ne nous reconnaîtraient plus.

Le plus souvent, le vieil homme de mon miroir me sourit. Il n’a pas vraiment d’âge et paraît heureux. Son corps a parfois des ratés, mais je crois que son âme est en bon état.

Back to the future

Depuis que nous avons mis le cap sur Montréal, nous avons l’impression de faire un retour vers le futur. Il y a deux jours, c’était l’été. Voilà que nous traversons des paysages où les feuilles viennent à peine d’apparaître. Au Tennessee, c’est le printemps. Nous découvrons les saisons à l’envers.

La pluie, qu’on avait presque oubliée au cours des deux derniers mois, est aussi de retour. Nous avons essuyé quelques orages sur la route. Il y en aura toute la nuit et probablement demain. On essaie de voir ça de façon positive : le choc du retour sera moins grand.

Allez, je vous embrasse et Lise vous fait ses amitiés.

Paul

   

 Le corps vieillit, inexorablement. Bien sûr, on peut retarder le vieillissement grâce à une saine hygiène de vie, ce que je me m’applique à faire. Régime méditerranéen, exercices physiques, relaxation : j’essaie de mettre toutes les chances de mon côté. Malgré tout, il m’arrive de me demander, certains jours, quel est cet homme aux cheveux gris dans mon miroir.

Publicités

Commentaires sur: "Les voyages forment la vieillesse" (3)

  1. oussamamuse a dit:

    Bravo pour ces quelques lignes de philosophie!
    Et merci d’avoir partagé vos découvertes et vos émotions avec nous autres qui sommes en train de vivre dans la routine du quotidien… Ouf, d’ici moins de 2 semaines, ma moitié et moi, émoi, nous aurons 2 petites semaines de vacances que nous espérons pouvoir passer au chaud et au soleil de la Sardaigne, comme lors du printemps 2006… Italia bella 🙂

    Annexe: nos aventures de bons vieux voyages comiques dans la « vieille » et si belle Europe!
    http://oussamamuse.wordpress.com/2011/02/26/les-aventures-de-cattle-and-co/

  2. Ouf! Cà commence à sentir la fin du voyage…et peut-être le début de quelque chose d’autre. C’est alors que l’on se met à philosopher. Peut-être s’agit-il là, de ce que l’on pourrait appeler « la sérénité ».
    La paix morale, l’harmonie intérieure, avec soi d’abord, avec l’autre, avec la nature, avec sa vie. C’est ce que l’on retrouve à la fin d’un voyage, d’une aventure, ou à la limite d’une vie bien remplie. Avoir bien voyagé…Être content de soi…de ce que l’on a fait…de ce que l’on a vu…de ce que l’on a vécu…Voila peut-être l’essentiel…et comme tu l’as si bien dit : »Savoir profiter du temps qu’il nous reste »
    À très bientôt

  3. Bon retour Mr Roux! Amitie…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :