Voyages, lectures, films, impressions, humeurs, la vie quoi!

Tellement gentils !

Catherine et Lise à Padre Island.

Quand je vous dis que les Américains sont gentils, ce n’est pas pour me dédouaner d’avoir dit que leur bouffe est immangeable et que leurs restaurants sont médiocres. Ils sont vraiment d’une gentillesse qui ne s’est jamais démentie depuis le début de ce périple.

Le sommet a été atteint lundi. Nous étions en route vers Galveston, sur la côte texane, quand nous avons été stoppés par un barrage. Des travaux bloquaient le chemin et aucune route alternative n’était proposée. Or, il était déjà 16 h. Nous roulions depuis le matin et nous commencions à être fatigués. Nous nous sommes arrêtés, le temps de chercher quelle direction nous pourrions prendre. Apparemment, il nous fallait faire un assez long détour pour nous rendre à destination.

Pendant que Lise scrutait ses cartes à la recherche d’une solution, je suis sorti de l’autocaravane. J’ai été frappé par une affiche qui disait : « Obéissez à Dieu. Il se chargera du reste. » Je ne m’attendais pas à le voir arriver dans la peau d’un Afro-Américain baraqué. Il m’a lancé de sa voix de stentor : « Êtes-vous perdus ? » Je lui ai expliqué notre situation. Il m’a répondu : « Suivez-moi, je vais vous guider. »

Il est monté dans son camion et je l’ai suivi sur une vingtaine de kilomètres. Vous avez bien lu : « une vingtaine ». Quand je lui ai tendu un billet de 20 $, il l’a refusé poliment, ce à quoi je m’attendais. C’était juste pour rendre service ; il ne voulait pas être payé.

Ce fait, bien entendu, est exceptionnel. Mais des exemples d’amabilité, on en a tous les jours. Au début, je les attribuais à Lise, qui est remarquablement sympathique. Mais ils sont gentils même avec moi.

Vers la Louisiane

Nous voilà donc à Galveston, dernière étape de notre séjour au Texas. Dimanche, nous avons réexpédié notre amie Catherine à Montréal, après une belle semaine de plage en sa compagnie. Il paraît qu’un froid assez vif l’attendait. J’imagine qu’après les baignades dans le Golfe et les repas sur la terrasse, le contraste a dû être saisissant.

Ensuite, nous mettons le cap vers la Louisiane, où nous voulons visiter les bayous et La Nouvelle-Orléans. Après, ce sera un lent retour vers le Québec. Le blogue de tennis, que je reprendrai pour le tournoi de Monte-Carlo, m’attend.

Allez, je vous embrasse et Lise vous fait ses amitiés.

Paul

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :