Voyages, lectures, films, impressions, humeurs, la vie quoi!

Piquenique au désert blanc

Lise tenait beaucoup à visiter les White Sands.

Nous ne sommes plus au Texas, mais au Nouveau-Mexique, le huitième État que nous visitons à bord de la Bête, depuis le début de notre périple. Hier, nous comptions nous arrêter à El Paso, dernière ville de l’État de Bush. Mais le camping recommandé par le guide du Sud-Ouest américain était coincé entre une autoroute et un centre commercial. Lise a simplement dit « non » et j’ai obtempéré. Non que je sois d’une nature particulièrement obéissante, mais le lieu était, incontestablement, sans intérêt. Auriez-vous aimé camper, vous, aux abords du boulevard Taschereau, à Longueuil ?

Des paysages qui ont inspiré Ansel Adams.

Nous avons donc poursuivi notre chemin en direction de Las Cruces. Les premiers kilomètres nous ont stupéfiés. Le long de la route défilaient des élevages de bœuf sans fin. Des vaches, on en avait vu quelques-unes, en traversant le Texas, broutant paisiblement dans d’immenses champs. Mais là, il y en avait des milliers. Et la senteur nauséabonde était proportionnelle au nombre. Mais le temps de crier « Ah ! la vache ! », et s’était terminé. Ouf !

Nous nous sommes arrêtés dans un très beau camping KOA. Ce n’est pas que je veuille faire de la pub pour cette chaîne, mais ses terrains, en plus d’être bien tenus, sont souvent bien situés. Celui-ci nous offre une belle vue sur les montagnes qui entourent Las Cruces. Nous devions nous y arrêter seulement un soir, mais nous avons décidé de prolonger notre séjour.

C’est que nous ne sommes pas très pressés de gagner le Grand Canyon, dont les pierres gèlent ces jours-ci. On annonce même de la neige pour le week-end. Or, on a laissé nos raquettes à Montréal. Si on avait cherché la neige, on aurait mis le cap sur le parc de la Gaspésie, qui est quand même (un petit peu) moins loin (1).

Cet arrêt nous a permis d’aller passer une magnifique journée dans le désert de sable blanc, à quelque 80 kilomètres de Las Cruces. Lise tenait beaucoup à cette excursion et elle avait bien raison. On trouve dans les White Sands d’impressionnantes dunes de gypse amenées par le vent des montagnes environnantes. Nous avons mangé, puis marché pendant plus d’une heure dans des paysages qui ont inspiré le grand photographe Ansel Adams.

Il s’agissait de notre première randonnée pédestre depuis le début du voyage. Nous ne sommes pas trop rouillés.

Nous avons terminé la journée en allant flâner dans le vieux Las Cruces, pas très grand mais pittoresque. On y trouve de jolies boutiques.

Je vous embrasse et Lise vous fait ses amitiés. À bientôt.

Paul

(1) Jasmine, c’est une blague. Je t’adore.

Publicités

Commentaires sur: "Piquenique au désert blanc" (4)

  1. oussamamuse a dit:

    Quelles magnifiques photos de désert blanc (pas comme neige, ouf)! Cela me démange de reprendre la route et, en effet, de choisir, comme nous l’avions déjà fait parfois, ma foi, il y a 23 ans, les bons vieux campings « haut de gamme », mais de qualité, estampillés KOA, quoi!

  2. Le paysage est incroyable!!! Merci de nous faire decouvrir ce coin! Il me semble qu’il ne manque la mer pour etre paradisiaque… et une bonne bouffe aussi… 😉

  3. Bonjour à vous deux,

    Que c’est beau cette immensité de sable blanc. Toutefois, avoir été à votre place, je ne pas si
    j’aurais apprécié ces grands vents.Bon dimanche.
    Amitiés. Madeje

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :