Voyages, lectures, films, impressions, humeurs, la vie quoi!

Lise scrutant le ciel.

Traditionnellement, Lise n’est pas réputée pour la justesse de ses prévisions météo, particulièrement en voyage. Il est arrivé souvent qu’elle me dise, en regardant le ciel le soir, « Il va faire beau demain », et qu’on se lève le lendemain sous une pluie battante. Il est aussi arrivé, au contraire, qu’elle prédise du mauvais temps et qu’il fasse très beau. J’en étais même arrivé à souhaiter qu’elle nous annonce du mauvais temps, ce qui nous assurait d’une belle journée.

Cette année toutefois, tout a changé. Ses prévisions sont d’une justesse qui ferait rougir d’envie toutes les Miss Météo de la télé. Particulièrement pour ce qui est du mauvais temps. Maintenant, quand elle regarde le ciel et dit : « Ça sent la pluie », je cours chercher mon parapluie.

Prenez hier. Nous étions en train de nous baigner dans le magnifique lac Témiscouata, quand Lise a levé les yeux. « Tu vois ces nuages annonciateurs de pluie, m’a-t-elle dit. Profitons du moment présent, car demain, peut-être, il va tomber des cordes. » De fait, quelques heures plus tard, de gros nuages gris se sont accumulés au-dessus de Cabano. Nous avions projeté une petite promenade en ville après le souper. Mais nous avons vite rebroussé chemin quand elle a lancé : « Rentrons. Je ne veux pas me faire prendre par la pluie. » Nous avons à peine eu le temps de revenir à l’autocaravane que ladite pluie s’est mise à tomber. Que dis-je, la pluie ? Un déluge, qui a duré 12 heures et qui a déjoué les joints d’étanchéité du puits de lumière, au-dessus de la douche.

Mon petit coeur

Par ailleurs, vous êtes plusieurs à vous être préoccupés de la santé de mon petit cœur. C’est très gentil. Je peux vous dire que les choses vont nettement mieux. J’ai un peu allégé la médication. Doubler la dose de bêtabloquants, ce n’était pas vraiment une bonne idée. J’avais d’ailleurs fait part de mes doutes au médecin, qui m’avait dit de revenir à la dose habituelle si ma pression devenait trop basse et que je devenais trop fatigué. Hier, j’ai conduit pendant cinq heures, et tout s’est très bien passé.

La route 232

Soit dit en passant, nous avions emprunté la route 232 pour nous rendre à Cabano, après avoir lu un excellent reportage dans Camping et Caravaning. L’auteur vantait cette route, « qui valait à elle seule le détour ». Je ne sais pas s’il en avait fumé du bon, mais nous n’avons pas compris en quoi ce parcours était exceptionnel, exception faite de son mauvais revêtement, qui a mis à mal la suspension de notre véhicule. Et à la réflexion, le mauvais revêtement de la 232 n’a rien d’unique, car elle n’est assurément pas la seule route du Québec mal pavée. Voilà, c’est dit. Comme vous le savez, les Montréalais sont des râleurs, et je suis un vrai Montréalais.

Je vous embrasse. À bientôt.

Publicités

Commentaires sur: "Il pleut, il pleut, bergère" (2)

  1. Bonjour Mr Roux,
    Bon voyage, repos bien merite! Excellent moment pour aller au Etats-Unis ou notre $ risque parfois depasser celui des Etasuniens… Passeriez vous par New York, Boston… avant le Grand Canyon?

    P.R. – Non, on passe par Kingston pour mettre ensuite cap vers le Sud. Le but est d’échapper à l’hiver le plus rapidement possible. Ciao!

  2. Bon voyage!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :