Voyages, lectures, films, impressions, humeurs, la vie quoi!

Nous voilà en route vers la lointaine Gaspésie pour visiter, comme chaque année, notre cher fils et sa femme. C’est presque aussi « far, far, far away » que le royaume de Shrek. Mais Antoine et Jasmine ne ressemblent pas aux Shrek. Ils sont moins verts et surtout, bien plus beaux. Sur les routes qui nous mènent à eux, pas de brigands ni de sorcières. Juste des travaux routiers et des nids-de-poule. Et souvent aussi, de la pluie.

Mais cette année, il fait plutôt chaud. Exceptionnellement chaud. C’est la canicule à Montréal et nous traînons toute cette chaleur avec nous, dans notre grosse autocaravane. À Beaumont, premier arrêt, il faut si chaud que nous dormons toutes fenêtres ouvertes, seulement couverts par un drap. C’est si torride que nous songeons même à mettre la clim.

Le deuxième soir, à Rivière-du-Loup, nous nous endormons de la même façon. Mais surprise, nous voilà réveillés au milieu de la nuit par un froid vif. Lise ferme la fenêtre de son côté, moi du mien. Mais ce n’est pas suffisant : il nous faut enfiler des vêtements. Nous grelottons toujours. Lise se glisse dans mon petit lit dans l’espoir de se réchauffer, mais c’est peine perdue. On doit se résigner à mettre le chauffage. Merde, on est seulement dans le Bas-du-Fleuve ! Qu’allons-nous faire en Gaspésie sans nos manteaux d’hiver ?

Le lendemain toutefois, nouvelle surprise : retour à la chaleur. C’est aussi torride à Amqui qu’à Montréal. Mais nous ne sommes pas trop dépaysés, car la pluie, cette pluie si familière, est au rendez-vous. Au moment précis où nous arrivons au camping, il tombe des cordes. Difficile de ne pas maudire le sort un tout petit peu. J’essaie de reculer la grosse autocaravane, comme je peux, à travers les arbres. Lise me crie des directives que je n’entends pas. Bref, on est un peu au bord de la crise de nerfs. Mais soudain, la pluie s’arrête et les nuages se morcellent, laissant place à une magnifique fin de jour. Un verre de rosé à la main, nous nous mettons à voir la vie en rose pendant que cuisent les darnes de saumon rose sur le barbecue rutilant. Ne manque que les flamands roses, mais on a droit à quelques canards bruns.

Je vous embrasse. À bientôt.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :