Voyages, lectures, films, impressions, humeurs, la vie quoi!

De retour à Nice

Nous avons retrouvé avec beaucoup de plaisir Nice, sa merveilleuse baie des Anges, sa superbe promenade des Anglais et ses beaux palais. Depuis deux ans, la ville s’est encore embellie. Un tramway tout neuf et tout rutilant la traverse. Au bout de son parcours, on a aménagé un grand parc agrémenté de fontaines.

Notre petite connaissance de la ville ne nous a pas empêchés samedi de nous retrouver dans un piège à touristes. Dans le Vieux-Nice, en effet, nous avons débouché sur une grande place, où l’on trouve des dizaines de restaurants. À chaque entrée, une préposée tente de harponner le touriste de passage à coups de menus, tous plus alléchants les uns que les autres, paraît-il. À la 33e place, si j’ai bien compté, nous avons fini par entrer. Qu’avons-nous choisi ? Vous n’avez pas deviné encore ? Une salade niçoise bien sûr. C’était bien, tant côté prix que côté goût. Mais il y avait là bien trop de touristes, british surtout, pour qu’on y retourne. Après tout, quand on veut entendre parler anglais, l’ouest de Montréal fait très bien l’affaire.

Dès le lendemain, nous avons retrouvé avec bonheur la rue Masséna, une grande voie piétonne fréquentée par les Niçois et les Niçoises. Ce n’est pas moins cher, ce n’est vraisemblablement pas meilleur, mais c’est plus sympa.

L’hôtel où nous logeons est couci-couça. La nuit dernière, Lise a entendu ronfler notre voisin. Et moi, je l’ai entendu écouter la radio vers 6 h du matin. Quel con, ce mec ! Mais il a réglé sa note, de sorte que nous devrions mieux dormir cette nuit. Enfin, quand on a choisi par l’internet un hôtel à 65 euros, il ne faut pas s’attendre au confort du Négresco, le grand hôtel devenu l’icône de la ville. Et puis, il y a une connexion wi-fi grâce à laquelle je vous écris. Alors, on ne se plaindra pas.

Je m’en voudrais de terminer sans vous parler du musée Chagall, que nous sommes allés visiter cet après-midi. Si vous aimez ce peintre, c’est LE musée à voir à Nice. Plus encore que celui de Matisse, où nous étions allés il y a deux ans. On y trouve, notamment, une série de grands tableaux connus sous le nom de Message biblique. Ne soyez pas rebutés par le sujet. Ces œuvres n’ont rien de vraiment chrétien. Chagall était d’ailleurs un bon vieux Juif. Sa vision de l’Ancien Testament est plus spirituelle que religieuse. Il voit la Bible « comme la plus grande source de poésie de tous les temps ». Le peintre voulait qu’on y trouve « une certaine paix, une certaine spiritualité, un sens à la vie ». J’y ai ressenti pour ma part une grande émotion de beauté.

Lise vous fait ses amitiés. Je vous embrasse.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :